Tessin

13 novembre 2019 18:24; Act: 13.11.2019 18:24 Print

Se faire livrer des repas «de contrebande»? Facile!

Certains restaurateurs italiens n'hésitent pas à traverser la frontière suisse pour faire de la livraison à domicile, alors que c'est illégal. Nos confrères tessinois ont fait le test.

storybild

Certains établissements situés en Italie n'hésitent pas à braver l'interdit en livrant des plats chez des clients tessinois. (Photo: tio/20minuti)

Une faute?

Les établissements italiens situés près de la frontière suisse regorgent de clients tessinois friands de sushis, de kebab ou encore de l'incontournable pizza. Les restaurants de Ponte Tresa ou Ponte Chiasso sont systématiquement bondés. Depuis quelque temps toutefois, la clientèle se montre plus exigeante et surtout, plus «pantouflarde». Certains restaurateurs italiens s'adaptent et se mettent à la livraison à domicile.

Il y a cependant un petit problème. Les règles douanières sont claires: la livraison de nourriture de l'Italie vers la Suisse est illégale. Ces plats «entrent dans la catégorie des biens dits commerciaux. Ils doivent donc faire l'objet d'une déclaration d'importation», indiquent les douanes. Les gardes-frontière tessinois disent toutefois n'avoir jamais eu affaire à un livreur de pizza ou de sushis venu d'Italie.

Un jeu d'enfant

Nos confrères de tio/20minuti ont voulu faire un test. Ils ont contacté treize restaurants italiens situés près la frontière tessinoise. Parmi ces établissements, quatre effectuent des livraisons à domicile. Un seul – une pizzeria de Ponte Chiasso –refuse de traverser la frontière. «En Suisse? Ce n'est pas possible, désolé», a répondu le restaurateur. Les trois autres enseignes, par contre, se disent partantes. Dans deux cas, aussi le soir et le week-end, quand les offices de douane sont fermés.

«Nous livrons au Tessin, mais seulement pour des montants supérieurs à trente francs», explique un restaurateur de Ponte Chiasso. Le prenant au mot, nos confrères ont commandé pour 38 euros de sushis et de sashimis. Une demi-heure plus tard, la commande est arrivée à l'adresse indiquée, à Chiasso (TI). Sur le reçu, le prix était également indiqué en francs, et aucun supplément n'a été demandé pour le voyage.

GastroTicino s'énerve

Le phénomène n'est pas entièrement nouveau. Déjà en 2014, l'Afd avait enregistré un «flux croissant» de livraisons de pizzas à la frontière entre Bâle et Baden-Würtenberg (All). Les restaurateurs avaient alors été priés de se mettre en règle. Au Tessin, les «contrebandiers» de repas à domicile sont plus rares, mais le directeur de GastroTicino dénonce tout de même une concurrence déloyale: «Les restaurateurs tessinois sont soumis à un nombre infini de règles et souffrent déjà du «tourisme du sushi». Maintenant, ils se font voler des clients avec des méthodes injustes», s'insurge Massimo Suter.

(joc)