Zurich

09 octobre 2015 19:22; Act: 09.10.2015 19:22 Print

Serbes et Albanais se sont affrontés dans la rue

La fin du match de l'éliminatoire pour l'Eurofoot 2016 a tourné à l'émeute jeudi soir à Oerlikon. La police a dû employer les grands moyens.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs bars de la Friesstrasse, dans le quartier d'Oerlikon, à Zurich, diffusaient jeudi soir le match entre l'Albanie et la Serbie. L'enjeu de la partie: se qualifier pour le championnat d'Europe de football. Mais pas seulement: à chaque fois que les deux voisins s'affrontent, la situation entre supporters est tendue. Pour rappel, le match aller avait été interrompu en raison de l'invasion de l'espace aérien du stade par un drone décoré d'un drapeau albanais.

Au coup de sifflet final (victoire 2-0 de la Serbie), les provocations ont tout de suite commencé dans les rues du quartier, rapporte vendredi la police municipale zurichoise. Et les attaques verbales se sont très vite transformées en pugilats. Résultat, la police a dû faire barrage entre les supporters, de peur que la situation ne dégénère.

Jets de pierres

Les agents ont été visés par des pierres et des bouteilles par des assaillants cagoulés. Faisant usage de balles en caoutchouc et de gaz irritant, ils ont réussi à calmer le jeu. Mais pas pour longtemps. Les bagarres se sont ensuite déplacées vers la gare d'Oerlikon et les rues avoisinantes.

Vers 00h30, la situation s'est enfin calmée. Un policier a été blessé, touché par une pierre. Il a été hospitalisé. Aucune information n'a été donnée sur l'ampleur des dégâts matériels.

Avenir incertain

«Personne n'a été arrêté, précise Marco Cortesi, porte-parole de la police de la ville. Nous nous sommes concentrés sur le fait d'éviter qu'il y ait des blessés.» Selon le policier, des telles émeutes, provoquées par un match de football, sont une première à Zurich.

Il avoue désormais craindre l'Euro, qui se tiendra au printemps prochain. «Même si nous ne savons pas quelles nations s'affronteront, nous devons à présent réfléchir à comment nous nous organiserons», conclut-il.

(som/dmz)