Berne

04 avril 2019 19:23; Act: 04.04.2019 19:27 Print

Si la vache se fait prendre, elle sera abattue

Depuis plus d'une semaine, un éleveur bernois tente d'attraper un de ses bovins en cavale. L'animal a tout intérêt à se faire discret s'il ne veut pas finir à l'abattoir.

storybild

(Photo: PD/image prétexte)

Sur ce sujet
Une faute?

Un animal à cornes déambule depuis plusieurs jours dans les bois de Worb (BE). Il s'agit d'une vache de la race d'Evolène, appartenant à un éleveur bernois. Le bovin s'est enfui il y a plus d'une semaine.

Jusqu'à présent, il n'a pas pu être rattrapé. Divers témoins assurent que la bête est vivante et qu'elle semble bien se porter, rapporte le site Bern-Ost.

«Peut-être qu'on peut l'attraper en l'endormant»

Interrogé par «20 Minuten», le propriétaire espère bientôt pouvoir mettre la main sur sa vache. La prochaine fois qu'il l'apercevra, il contactera le vétérinaire. «Peut-être qu'on peut l'attraper en l'endormant.» En cas de réussite, précise-t-il, la bête sera emmenée à l'abattoir.

Selon lui, ce serait trop risqué de ramener la vache à la ferme. Après sa longue fugue, elle risque d'être trop sauvage, craint-il. «Je ne veux pas prendre le risque que Spächtli attaque mes enfants ou d'autres vaches.» Et comme l'animal n'a que 3 ans, il peut encore servir à la production de viande.

Cavale pas couverte

Heinz Feldmann, expert en prévention des accidents en milieu agricole, comprend les inquiétudes de l'éleveur bernois: «Le comportement de l'animal est désormais imprévisible. Les vaches sont très sensibles et facilement marquées par les mauvaises expériences qu'elles subissent.» L'expert trouverait néanmoins appréciable que le paysan essaie de la réintégrer au sein du troupeau.

Si le paysan ne parvient pas à mettre la main sur sa bête, il perdra environ 2000 francs. Celle-ci est bel et bien assurée, mais qu'en cas de mort par maladie ou accident. La cavale n'est pas couverte par l'assurance.

(miw/ofu)