Suisse

13 novembre 2019 12:40; Act: 13.11.2019 14:38 Print

Sperisen a saisi le Parlement pour son cas

Mercredi, Erwin Sperisen a écrit au Parlement, estimant que sa liberté avait été entravée durant des années. Il a été condamné à 15 ans de prison, en 2018.

Erwin Sperisen a été condamné en avril 2018 à quinze ans de prison.
Une faute?

L'ex-chef de la police du Guatemala Erwin Sperisen en appelle à la présidente du Conseil national Marina Carobbio pour faire avancer son cas auprès du Tribunal fédéral (TF).

Dans une lettre remise mercredi à la socialiste tessinoise, il dénonce la lenteur de la justice.

Condamné en appel en avril 2018 à quinze ans de prison pour complicité dans l'assassinat de sept détenus en 2006 au Guatemala, il a recouru au TF. L'ex-chef de la police guatémaltèque, qui possède également la nationalité suisse, vit depuis 2017 assigné à résidence.

Cinq ans en préventive

L'Assemblée fédérale est chargée d'exercer la haute surveillance sur les tribunaux fédéraux, rappelle-t-il dans sa missive, jugeant «intolérable» le temps pris par la haute cour pour statuer. Il demande au Parlement de se prononcer sur ce retard, expliquant qu'il est entravé dans sa liberté depuis plus de sept ans.

Erwin Sperisen avait été arrêté en août 2012 à Genève, où il s'était réfugié avec sa famille en 2007. Il a passé cinq ans en détention préventive avant d'être remis en liberté l'automne 2017 tout en étant assigné à résidence, avec l'obligation de porter un bracelet électronique à la cheville et l'interdiction de quitter le canton. Il vit actuellement dans le canton de Berne, selon ses avocats.

(nxp/ats)