Circulation routière

02 mai 2019 10:23; Act: 02.05.2019 11:12 Print

Sticker «CH» et plaques étrangères: est-ce légal?

Un lecteur-reporter a croisé une voiture aux plaques allemandes ornée d'un autocollant «CH». Et s'interroge sur la conformité de cette association «binationale».

storybild

«Sa plaque d'immatriculation était allemande. Mais, en même temps, il avait un autocollant «CH» à l'arrière», explique un lecteur. (Photo: lecteur reporter)

Une faute?

Beaucoup d'automobilistes aiment personnaliser leur véhicule en l'ornant de différents autocollants. Mais de là à y coller la vignette «CH» pour des raisons esthétiques...

C'est pourtant ce qu'a aperçu un lecteur à Obwald. «Sa plaque d'immatriculation était allemande. Mais, en même temps, il avait un autocollant «CH» à l'arrière», raconte le chef de projet de 32 ans, qui se rendait à Melchtal (OW). Il imagine qu'il s'agissait d'un Suisse nostalgique qui avait émigré en Allemagne.

Cette voiture «binationale» n'est pas un cas isolé. Contactée par nos confrères de «20 Minuten», l'association d'importateurs Auto-Suisse confirme l'existence du phénomène, bien que celui-ci soit moins répandu qu'il y a quelques années. À l'époque, il s'agissait surtout de drapeaux italiens collés sur des voitures suisses, explique Rudolf Blessing, un employé technique. «Les chauffeurs voulaient soit montrer leurs origines, soit qu'ils avaient vécu en Italie.»

Totalement légal en Suisse

Quoi qu'il en soit, les voitures «binationales» ne sont pas interdites en Suisse et ce conducteur allemand ne risque vraisemblablement aucune amende. Même si, puisque l'initiale du pays est déjà indiquée sur les plaques des pays de l'UE, il n'est pas nécessaire de coller une vignette supplémentaire en Suisse. Mais cela n'est pas interdit non plus.

Or les règles et usages peuvent changer selon le pays traversé. «Si nous trouvons un conducteur dont l'autocollant ne correspond pas au pays de la plaque d'immatriculation, nous attirons son attention sur d'éventuels problèmes à l'étranger», explique Martin Kathriner, directeur adjoint de la police de la circulation et de la sécurité routière à Obwald.

Voitures suisses: méfiance à l'étranger

Pour rappel, les conducteurs suisses qui conduisent à l'étranger sans autocollant «CH» (ou avec une contrefaçon) risquent une amende. En cause: la convention de Vienne sur la circulation routière, qui stipule que tout véhicule ou remorque se rendant à l'étranger doit porter un signe distinctif de nationalité bien visible à l'arrière du véhicule. Or les plaques d'immatriculation suisses ont beau porter un blason rouge à croix blanche, elles ne stipulent pas expressément que le véhicule vient de Suisse. D'où l'obligation d'ajouter une vignette «CH» lors de trajets hors du territoire national.

(lph/20M)