Championnats du monde

20 février 2011 15:34; Act: 20.02.2011 15:48 Print

Stöckli, l’unique médaillé d’or suisse

Malgré la débâcle de ses skieurs, la Suisse remporte une médaille d’or inattendue grâce à une paire de ski de la maison Stöckli de Wolhusen (LU).

Une faute?

Les prestations des skieurs et skieuses helvétiques aux Championnats du monde de ski alpin à Garmisch-Partenkirchen sont décevantes. Tout le monde en convient: pas la moindre médaille d’or et une seule en argent, acquise de haute lutte par le Neuchâtelois Didier Cuche en descente. De quoi humilier tout un pays.

Jeudi dernier, la Suisse avait enfin de quoi se réjouir: la Slovène Tina Maze venait de remporter l’épreuve du slalom géant sur une paire de skis suisses, de Stöckli à Wolhusen, dans l’Entlebuch lucernois. Adrian Albrecht, chef du marketing chez Stöckli est radieux: «Ce premier titre dans un championnat du monde revêt une très grande importance pour notre entreprise», confie-t-il à «20 Minuten Online». Des victoires de ce genre sont importantes pour assoir la crédibilité d’une marque. Albrecht raconte qu’une véritable avalanche de courriels s’est abattu sur l’entreprise depuis la victoire de Maze.

David contre Goliath

Stöckli est une petite boîte qui participe depuis 1994 à la Coupe du monde de ski. Dans la F1 du grand cirque blanc, la petite marque de Wolhusen fait figure de David qui se bat contre des des marques aussi prestigieuses que Head ou Atomic. Ces dernières ont des budgets marketing infiniment plus élevés que celui de Stöckli, bien que des chiffres précis ne soient pas connus. Pour surmonter ce handicap, le fabricant de l’Entlebuch encourage et soutient des jeunes skieurs inconnus. Cette tactique est payante: cette année, Stöckli a réalisé plusieurs victoires dans la catégorie des juniors. En ski alpin et en Skicross, la marque détient deux titres de champion du monde.

Les victoires en Coupe du monde sont très rentables

Avant de participer à la Coupe du monde, Stöckli ne vendait pratiquement pas de skis à l’étranger. Aujourd’hui, plus de 40% des skis sont exportés. Les pays alpins et les Etats-Unis constituent les principaux marchés. En 2011, Stöckli a réalisé un chiffre d’affaire de 60 millions de francs, un record absolu qui sera certainement dépassé cette année, selon Adrian Albrecht.

(rga)