Tabagisme

20 septembre 2010 12:42; Act: 20.09.2010 12:49 Print

Suisses moins exposés à la fumée passive

L'exposition quotidienne à la fumée passive en Suisse continue de baisser.

storybild

Le phénomène de la fumée passive a diminué en Suisse. (Photo: Keystone)

Une faute?

L'an dernier, moins d'un sixième de la population en a respiré pendant une heure par jour, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les jeunes de 20 à 24 ans sont les plus exposés au tabagisme passif.

Selon l'enquête suisse sur le tabagisme, en 2009, 15% de la population étaient exposés au tabagisme passif pendant au moins sept heures par semaine, soit en moyenne une heure par jour. En 2002, ce taux était de 35%, écrit lundi l'OFSP dans son bulletin hebdomadaire.

Les adolescents et les jeunes adultes constituent les groupes les plus exposés à la fumée passive. Chez les 14-19 ans, 29% le sont au moins une heure par jour. Cette proportion monte à 40% chez les 20- 24 ans. A noter que dans cette dernière catégorie, le nombre de fumeurs est le plus élevé (39% en 2009).

Surtout dans les restaurants et bars

Les lieux où l'exposition est la plus importante sont les restaurants, cafés et bars. Dans ces établissements, environ 60% des personnes respirent de la fumée passive, alors qu'elles étaient 87% en 2001.

La baisse s'est accélérée depuis 2008 en raison des interdictions de fumer introduites dans certains cantons, note l'OFSP. Toutefois, près de la moitié (46%) de la population résidant dans de tels cantons indique avoir été exposée au tabagisme passif.

L'an dernier, l'exposition sur un lieu de travail ne concernait plus que 32%, contre 54% en 2001. Ce recul est dû à l'augmentation des interdictions de fumer dans les entreprises.

Majorité de fumeurs pour une interdiction

Selon l'OFSP, les trois quarts de la population étaient favorables l'an dernier à une interdiction générale de fumer dans les restaurants, cafés et bars. Les interdictions de fumer sur le lieu de travail étaient soutenues par 91% de la population. Chez les fumeurs, ce taux se montait à 85%, contre 63% en 2006.

Une grande majorité d'amateurs de nicotine disent d'ailleurs ne pas avoir de difficultés particulières à ne pas fumer au travail ou au restaurant. Et 21% des fumeurs indiquent avoir diminué leur consommation de tabac suite aux interdictions.

L'enquête suisse sur le tabagisme est réalisée chaque année depuis 2001 auprès de la population de 14 à 65 ans. Elle est financée par le Fonds de prévention du tabagisme.

(ats)