Berne

18 juillet 2014 10:36; Act: 18.07.2014 10:43 Print

Sus aux cormorans et aux sangliers!

Dès avril 2015, les cormorans ne devraient plus autant profiter des réserves d'oiseaux d'eau et migrateurs pour importuner les pêcheurs suisses.

Une faute?

Idem pour les sangliers qui s'y cachent avant leurs razzias dans les champs voisins. Des mesures de régulation, allant jusqu'à la chasse, devraient être prises. Le Département fédéral de l'environnement a mis vendredi en consultation jusqu'au 17 octobre une révision d'ordonnance. Celle-ci répond, concernant les cormorans, à une demande du Parlement.

Entre 5000 et 6000 de ces oiseaux viennent hiverner en Suisse, sans compter le millier de couples qui y nichent. Depuis des années, les pêcheurs se plaignent des dégâts causés à leurs prises et à leurs filets. Le cormoran peut en outre mettre en danger les effectifs de certains salmonidés menacés.

Des mesures ont déjà été prises en 2012. La chasse aux cormorans a été prolongée d'un mois et les tirs d'effarouchement sont désormais possibles si les oiseaux pêchent dans les filets des pêcheurs. Avec la révision d'ordonnance, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) édictera une aide à l'exécution à l'intention des cantons.

Dans les réserves

Dans les réserves, la chasse continue en principe d'être interdite. Des interventions seront toutefois permises dans des cas motivés. Concernant les cormorans de passage en hiver, seul l'effarouchement entre en ligne de compte.

Pour les couples nicheurs, la régulation ne passe pas en premier lieu par la chasse. Il faudra d'abord miser sur d'autres mesures comme retirer des oeufs du nid ou les empêcher d'éclore en les refroidissant, les piquant ou les huilant.

L'aide à l'exécution devra fixer les règles à suivre. Il s'agira en particulier de fixer le seuil de dégâts déterminant, les superficies affectées.

Hors des réserves

Hors des réserves, les cantons ont déjà la possibilité d'effectuer des tirs sélectifs afin de déloger les cormorans des tronçons de cours d'eau très importants pour les poissons. Des tirs individuels pourront aussi être admis pour prévenir les dégâts causés aux pêcheurs.

D'autres mesures sont possibles en aval: lever les filets avant que les oiseaux arrivent, améliorer l'élimination des déchets de poissons pour ne pas attirer les cormorans.

Pour justifier les mesures régulatrices, il faudra recenser les dégâts (estimés actuellement dans le lac de Neuchâtel entre 1,2 et 3,9% de la valeur des prises totales). L'OFEV n'entend en effet plus se retrouver face comme en 2011 face à une annulation de sa décision par la justice faute de preuve.

Le projet mis en consultation ne se cantonne pas aux cormorans. Il précise aussi les conditions de chasse d'espèces comme les sangliers, qui causent de plus en plus de dommages aux cultures dans les environs des réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs.

(ats)