Berne

19 décembre 2011 22:04; Act: 19.12.2011 22:22 Print

Sus aux voleurs de cornes de rhino

Depuis plusieurs semaines, les vols de cornes de rhinocéros exposés dans des musées se multiplient en Europe. Le Musée d'histoire naturelle de Berne réagit.

Une faute?

Le Musée d'histoire naturelle de Berne a scié les cornes de ses six rhinocéros pour les remplacer par des répliques en bois. Ce procédé radical doit prévenir les vols, a indiqué lundi le musée bernois.

Ce musée n'est de loin pas la seule institution à réagir ainsi. Les musées sont toujours plus nombreux à remplacer les cornes par des copies. A Berne, des répliques en bois des appendices frontaux ont été placées sur les bêtes.

Zoos

Les zoos redoublent aussi de vigilance en plaçant leurs rhinocéros sous surveillance, parfois d'hommes armés. A l'origine de ces vols, l'engouement pour les cornes de rhinocéros en Asie où elles peuvent se négocier entre 30'000 et 250'000 francs selon la taille. Parfois jusqu'à un demi-million de francs, a expliqué Stefan T. Hertwig du Musée d'histoire naturelle de Berne.

La poudre de corne de rhinocéros est très prisée en Asie où on la croit douée de vertus médicinales pour soigner en particulier les troubles de l'érection. Des plusieurs rumeurs lui prêtent d'autres pouvoirs comme celui d'agir contre la fièvre ou les migraines. De nombreuses recherches scientifiques ont toutefois montré que la corne de rhinocéros est principalement formée de kératine, une substance que l'on retrouve dans les ongles et les cheveux.

(ats)