Limmattal-Albis (ZH)

02 mai 2012 14:35; Act: 02.05.2012 14:57 Print

Syndicalistes condamnés

Trois membres d'Unia ont écopé d'une peine pécuniaire avec sursis pour avoir pénétré illégalement sur des chantiers.

storybild

Les représentants d'Unia s'étaient vu interdire l'entrée des chantiers mais y avaient tout de même pénétré. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Ministère public de Limmattal/Albis a condamné trois membres du syndicat Unia à des peines pécuniaires avec sursis pour violation de domicile, a annoncé mercredi la Société suisse des entrepreneurs. Ceux-ci avaient participé à la «Journée nationale de protestation» du 25 novembre 2011 et avaient pénétré illégalement sur deux chantiers.

Deux représentants syndicaux ont écopé d'une peine avec sursis de 4200 francs, alors qu'une secrétaire syndicale s'est vue infliger une peine de 1000 francs, étant donné qu'elle n'avait participé qu'à une seule des actions. Le syndicat Unia a immédiatement fait recours contre ces ordonnances pénales.

Refus d'obtempérer

Les trois membres du syndicat avaient pénétré sur une aire de chantier clôturée le vendredi 25 novembre 2011, afin de manifester. Malgré des demandes répétées de la part du chef de chantier, ils n'avaient pas voulu évacuer les lieux et avaient empêché le bon déroulement des travaux. Peu après leur premier blocus, les deux représentants syndicaux étaient intervenus sur un deuxième chantier.

La décision du Ministère public conforte l'opinion de la Société suisse des entrepreneurs, qui estime «que les chantiers occupés pour permettre aux syndicats d'atteindre leur objectif viole notre ordre juridique».

(ap)