Santé

15 octobre 2019 12:20; Act: 15.10.2019 13:06 Print

Tomates cerises: un danger pour les tout-petits

Le Bureau suisse de prévention des accidents attire l'attention sur les risques liés à la consommation de certains aliments par les enfants.

storybild

Le BPA recommande de garder hors de portée des enfants en bas âge les objets et aliments plus petits qu'une balle de ping-pong. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les tomates cerises peuvent représenter un danger pour un enfant en bas âge, met en garde le BPA. Un Suisse sur trois pense pourtant que cet aliment est sans danger, selon un sondage dans la population.

Le risque d'étouffement avec des aliments de cette taille existe bel et bien. Le BPA recommande par conséquent de garder hors de portée des enfants en bas âge les objets et aliments plus petits qu'une balle de ping-pong.

Deux enfants de moins de 5 ans meurent en moyenne par asphyxie chaque année en Suisse, rappelle le Bureau de prévention des accidents (BPA) dans un communiqué diffusé mardi.

Si environ 90% de la population suisse sait qu'un enfant en bas âge peut s'étouffer en avalant une bille ou une cacahuète, le fait que de nombreux autres aliments peuvent être dangereux est souvent sous-estimé.

Raisin, croûte de pain, carottes

Le sondage 2019 du BPA montre ainsi que près d'un Suisse sur trois (31%) pense que manger une tomate cerise est sans danger pour les petits enfants. Il en va de même pour le raisin (23%).

Le fait d'avoir des enfants ou d'en garder n'implique pas automatiquement une meilleure conscience des dangers. Si, dans les ménages sans enfants, 61% des Suisses estiment qu'une tomate cerise présente un risque, ils sont à peine plus (64%) dans les ménages comptant des enfants de moins de 6 ans.

Selon les experts, les saucisses de Vienne, la croûte de pain, les carottes et les petits morceaux de pomme, notamment, sont tout aussi dangereux pour les enfants en bas âge.

Baignoires aussi

Le BPA recommande également de ne jamais laisser un enfant en bas âge sans surveillance dans une baignoire. Chez les enfants, la fréquence des accidents mortels par noyade est quasi similaire. Là encore, les adultes ont tendance à sous-estimer ce risque.

Plus d'un tiers de la population juge en effet que l'on peut laisser un enfant en bas âge dans une baignoire sans la surveillance d'un adulte si celui-ci est accompagné par des soeurs ou frères plus âgés.

Il est cependant indispensable de toujours garder à l'oeil et à portée de main les plus petits qui se trouvent dans l'eau, car ils peuvent se noyer en l'espace de quelques secondes sans que l'on s'en aperçoive, rappelle le BPA.

(nxp/ats)