Bio Suisse

30 mars 2011 11:15; Act: 30.03.2011 12:16 Print

Toujours plus de fermes biologiques

Le nombre de nouvelles entreprises agricoles qui ont rejoint Bio Suisse a doublé l'an dernier.

Une faute?

Avec les fermes qui suivent les dispositions de l'ordonnance bio de la Confédération, 11% des entreprises agricoles suisses pratiquent désormais l'agriculture biologique.

En 2010, 5521 fermes appliquaient les directives de Bio Suisse et 400 entreprises celles de la Confédération, a indiqué mercredi l'organisation au bourgeon. Le marché bio a également connu une forte croissance l'an dernier: le chiffre d'affaires de produits bio a crû de 6,1% pour s'établir à 1,639 milliard de francs.

A l'exception des surgelés, tous les segments ont contribué à cette progression. En plus des habituels piliers que sont les produits frais, pain et oeufs en tête, les ventes de produits de convénience ont bondi de près de 10%.


Moins de disparités régionales

Avec une part de marché de 5,9%, la Suisse alémanique - suivie par la Suisse italienne avec 5,5% - possède toujours une longueur d'avance. Avec une hausse des ventes de 7,2%, la Suisse romande a réalisé une croissance supérieure à la moyenne et a porté sa part de marché à 5,2%. Si la part de marché des produits bio a reculé de 0,2% par rapport à l'année précédente en Suisse italienne, ils affichent néanmoins une saine croissance de 4%.

Les grands distributeurs, les chaînes de magasins de détail et les discounters ont enregistré de bons résultats. Avec une part de marché de 48,8% pour Coop et de 25,4% pour Migros, les deux grands distributeurs détiennent 74,2% du total du marché bio en Suisse.

La vente directe a confirmé son vigoureux essor: les familles de producteurs Bio Suisse ont augmenté leur chiffre d'affaires de 10% et détiennent désormais une part de marché de 5,4%.


Magasins spécialisés en recul

Seul le commerce bio spécialisé a fait état d'un recul de ses ventes de 30 millions de francs (-13%). Cette contre-performance s'explique d'un côté par des raisons structurelles et de l'autre par les fusions et les réorientations intervenues parmi les grossistes bio.

Mais des magasins innovants démontrent que le caractère régional, la sécurité alimentaire ou des compétences particulières en matière de conseil peuvent être une future clé du succès, estime Bio Suisse.

Malgré l'évaluation globalement positive de la politique agricole proposée par le Conseil fédéral, Bio Suisse considère que des efforts supplémentaires doivent être réalisés en faveur de l'agriculture biologique. L'écart important entre la demande et la production suisses démontre que des mesures complémentaires sont nécessaires afin d'inciter un nombre plus élevé d'agriculteurs à se tourner vers le bio.


Plan d'Action Bio

Bio Suisse exige que la Confédération adopte de toute urgence ces mesures complémentaires sous la forme d'un «Plan d'Action Bio» comprenant des paiements directs liés aux prestations, des instruments stratégiques tels que contributions à la recherche et au conseil afin d'accroître les surfaces agricoles biologiques.

Les contributions versées au système de production bio doivent être doublées: sur les 2,8 milliards de francs prévus pour les paiements directs, le Conseil fédéral entend affecter un seul pour cent aux fermes biologiques, montant jugé beaucoup trop faible par Bio Suisse.

(ats)