Energie

15 novembre 2010 11:55; Act: 15.11.2010 17:04 Print

Trois nouveaux sites nucléaires en Suisse?

Rien, ou presque, au niveau de la sécurité s'oppose à la construction de trois nouvelles centrales nucléaires dans les cantons d'Argovie, de Berne et de Soleure.

Une faute?

La Suisse pourrait compter jusqu'à trois nouvelles centrales nucléaires, à Mühleberg (BE), Gösgen (SO) et Beznau (AG). Les experts ont donné leur aval de principe, jugeant les trois sites proposés adéquats. Ils demandent toutefois des précisions sur les risques sismiques.

Aucun des trois sites ne présente de caractéristiques susceptibles de remettre en question la construction d'une nouvelle centrale, a indiqué lundi l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) devant les médias à Berne. Dans tous les domaines, les exigences légales sont remplies, a dit Hans Wanner, directeur de l'IFSN.

Cet organe a examiné les demandes sous l'angle de la sécurité nucléaire, de la protection contre les sabotages et actes terroristes, de la désaffectation, de l'évacuation des déchets radioactifs et de la protection contre la radioactivité. L'IFSN a néanmoins constaté un certain nombre d'éléments qu'il convient encore de clarifier.

Elle a donc formulé quelques réserves. Elle exige en particulier de la part des entreprises requérantes des précisions sur les risques de séisme pour les différents sites, même si ceux-ci se trouvent tous dans des régions de faible sismicité.

Dans ce but, l'IFSN exige la mise en place d'un réseau de mesures pour l'enregistrement des microséismes et une analyse des risques en fonction du terrain à bâtir local.

Analyses supplémentaires

Pour le cas de Mühleberg, l'IFSN demande en outre une analyse approfondie des risques de glissements de terrain et de chutes de pierre, en raison de la présence d'une colline à côté du site. Et pour celui de Beznau, qui se trouve sur une île, l'autorité demande que le requérant fournisse des analyses supplémentaires concernant les risques d'inondations.

Les demandes d'autorisation générale ont été déposées respectivement par les Forces motrices bernoises (FMB) pour Mühleberg, Axpo pour Beznau et Alpiq pour Gösgen. Il s'agit de centrales avec réacteur à eau légère, dont le rendement est nettement plus élevé que celui des installations existantes.

Les trois exploitants ont salué les rapports d'expertise, estimant qu'une étape importante a été franchie. Axpo et BKW FMB Energie ont annoncé qu'ils répondront aux demandes d'examens complémentaires. economiesuisse s'est réjoui que les projets satisfassent aux exigences élevées, mais s'inquiète de la longueur des procédures.

Dans le camp des opposants, la Fondation suisse de l'énergie (FSE) et l'alliance «Non au nucléaire» se disent surtout inquiets par rapport à la sécurité du type de réacteur prévu dans les nouvelles centrales. On ne le connaît pas encore précisément, ni les systèmes de contrôles qui seront utilisés.

Les experts de la branche électrique estiment que deux nouvelles centrales nucléaires sont nécessaires pour garantir l'approvisionnement du pays à long terme. La question du nombre définitif de projets reste ouverte. Les trois entreprises tentent de se mettre d'accord pour deux nouvelles installations, à réaliser et à exploiter en commun, mais les négociations n'ont abouti à aucun résultat concret pour l'instant, ont-elles indiqué à l'ATS.

Longue procédure

La suite de la procédure sera longue. Après l'aval de principe des experts aux trois projets de nouveaux sites, la Commission fédérale de sécurité nucléaire doit encore se prononcer. Organe conseillant le Conseil fédéral, elle donnera son avis d'ici la fin de l'année sur les expertises de l'IFSN.

Début 2011, les cantons auront la possibilité de se prononcer sur les trois demandes d'autorisation générale. L'enquête publique de tous les dossiers aura lieu à mi-2011. Puis le Conseil fédéral tranchera, probablement à mi-2012. Ses décisions seront soumises à l'aval du Parlement.

Mais le peuple devrait avoir le dernier mot, puisque la décision des Chambres fédérales pourra être combattue par référendum. La votation devrait avoir lieu vers la fin 2013, a expliqué Franz Schnider, sous-directeur de l'Office fédéral de l'énergie. Quant à la mise en service, elle interviendrait vers 2025-2027.

(ap)