Suisse

08 novembre 2019 17:40; Act: 09.11.2019 07:36 Print

Trois partis uniront leurs forces sous la Coupole

Le PBD, le PDC et le PEV annoncent constituer un groupe parlementaire en vue de traiter les dossiers les plus urgents à Berne.

storybild

Le PBD, le PDC et le PEV affirment que «la Suisse a besoin d'un centre politique fort.» (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le PBD et le PDC et le PEV veulent former un groupe parlementaire commun à Berne. Ils comptent unir leurs forces pour trouver des solutions viables aux problèmes les plus urgents. Les Verts accueillent, eux, les deux représentants de la gauche de la gauche.

Le nouveau «groupe du centre» totalise déjà 42 élus. Au National, il sera le troisième en terme d'importance avec 31 membres derrière l'UDC et le PS. Le PDC compte aussi onze élus au Conseil des Etats, mais quatre candidats encore en piste au second tour pourraient renforcer le groupe. Le groupe comptera donc au plus 46 élus.

Le groupe des Verts comptera quant à lui 30 élus au Conseil national. Il a en effet décidé à l'unanimité d'accueillir Denis de la Reussille (POP/NE) et Stéfanie Prezioso (Ensemble à Gauche/GE), a annoncé vendredi soir le chef de groupe Balthasar Glättli.

Les écologistes deviennent ainsi le quatrième groupe de la chambre du peuple. Même s'ils devancent le PLR, ils soutiendront la candidature de la Vaudoise Isabelle Moret pour la présidence du National en décembre. Ils entendent en retour être intégrés à l'avenir dans le tournus pour la présidence des Chambres fédérales.

Législature perdue

Le PDC, le PEV et le PBD justifient leur rapprochement annoncé vendredi soir par la volonté d'éviter une législature perdue supplémentaire. Selon eux, «la Suisse a besoin d'un centre politique fort», les blocages de la gauche et de la droite doivent être remplacés par du dialogue et un climat de consensus pragmatiques.

L'intégration du PBD est aussi dans l'intérêt financier des deux autres partis. La Confédération alloue à chaque groupe une contribution annuelle destinée à couvrir les frais des secrétariats. En plus d'une part fixe (144'500 francs), une somme de 26'800 francs s'ajoute par député et le tassement du PDC aux élections se traduirait aussi par une perte financière.

Rupture pour le PBD

Le changement marque une rupture pour le PBD. Comme le PEV depuis longtemps, le parti n'a plus les cinq sièges nécessaires pour former son propre groupe parlementaire. Il est passé de huit à trois élus et n'avait plus le choix. Seuls les membres d'un groupe parlementaire peuvent siéger dans les commissions parlementaires où se fait l'essentiel du travail.

Les tentatives de coopération entre PDC et PBD ne sont pas nouvelles, mais elles avaient jusqu'à présent toujours échoué. La base du PBD avait notamment refusé en 2014 une fusion avec le PDC. L'idée de faire groupe commun avec le PVL a aussi été évoquée après le 20 octobre.

Fondé en 2008 après l'éviction du Conseil fédéral de Christoph Blocher au profit d'Eveline Widmer-Schlumpf, le PBD est en chute libre. Sans ministre depuis le départ de la Grisonne et sans poids sous la Coupole, la formation devra en outre se trouver un nouveau président avec le départ annoncé de Martin Landolt.

La volonté de groupe commun doit encore obtenir l'approbation formelle du groupe PDC qui se prononcera le 22 novembre. Les bureaux des deux Chambres devront aussi donner leur feu vert. Les services du Parlement annonceront la composition définitive des groupes le 25 novembre.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • pingu le 09.11.2019 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme en 14

    après les gens croient encore que leur vote va faire changer les choses....

  • Marc le 09.11.2019 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La recherche du dictateur a tout prix

    Pas tres democratique... juste vouloir être plus fort que l'autre parti !

  • Thierry le 09.11.2019 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Folklore

    Après ne nous étonnons pas que les gens ne vont plus voter!!!

Les derniers commentaires

  • popeye le 11.11.2019 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    stop

    Quels blablas tous ces commentaires ! ces Partis gauches / droites, etc ! c'est de la foutaise ! les élues et élus ont gagnés le jackpot et vont toucher des indemnités à tort et à travers sans se mouiller et pour prendre des décisions qui pour la plupart leurs seront dictées par les lobbys ou autres ! allez un bon western !

  • Anti vers le 10.11.2019 17:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du balai

    Et les vers hors podium!c'est le plus important! Et c'est que le début des déconvenues ........

  • Marcus le 09.11.2019 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    UDC aussi

    Et l UDC va se renforcer avec l UDC car cette fois, le parti va serrer les rangs !

  • Marie le 09.11.2019 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça va finir en psychiatrie cette histoire

    Le pdc ramasse ce qui n'a pas été voté, que personne ne veut, le parti de la secte évangélique, avec le pbd, issue des traitres de l'udc. Décidément le pdc est vraiment en route pleine crise existentielle et se cherche une identité. En gros c'est le parti fourre-tout qui ramasse les déchets de gauche comme de droite. Mais que penser de ce parti finalement...

    • C'est cela voui le 10.11.2019 07:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Comme L'UDC qui appelle à voter pour O. Français dans le canton de Vaud aujourd'hui. Demander à ses adeptes de renier ses convictions, c'est pas de la traitrise ? Quand on lit ces forums les UDC'istes vont jusqu'à dire que le PLR est aussi de gauche, pas aujourd'hui ?

  • Parti du RBI le 09.11.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le POUR TOUS qui a dérangé?

    Le temps passe mais je ne comprends toujours pas le refus du RBI POUR TOUS par le peuple. Pour tous = employés, patrons, sans emploi, retraités, "femmes+hommes= égalité de salaires quasi résolue". Tout le monde aurait été gagnant. Avec plus, on peut dépenser plus et faire tourner plus l'économie, donc plus de rentrées, plus de bénéfices. Comment? On paie environ 12% (6% employeurs + 6% employés) pour l'AVS/AI/APG/AC pour que ça "fonctionn(ait)e". On aurait pu remplacer toutes ces lettres par RBI (10% = 5% employeurs + 5% employés) et recevoir une genre de retraite dès 18 ans révolus POUR TOUS.

    • Parti du RBI le 09.11.2019 12:34 Report dénoncer ce commentaire

      Comment pas assez de sous pour?

      Au lieu de dilapider l'argent du contribuable à-tout-va = perte des caisses de pension, assistance sociale sans fin, milliards à l'UE et autres, on pourrait faire un grand pot POUR TOUS. Les employeurs seront contents, ils paieront moins de charges et feront plus de bénéfices; les employés seront contents, ils paieront moins de charges et pourront dépenser plus, idem pour les retraités qui resteront au pays; les sans-emploi trop vieux et trop âgés seront contents, ils auront plus et pourront dépenser plus. Au final c'est l'économie du pays qui sera aussi contente car plus de rentrées d'argent.

    • jlc le 10.11.2019 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Parti du RBI

      Avec le RIB... Moin de travailleurs pauvres à exploiter pour les libéraux et moin de clientelle électorale à utiliser pour les socialistes ! On peut attendre longtemps avec ces gens, tu comprends, ce système convient à presque tous nos politiciens !