Bâle

13 décembre 2018 22:36; Act: 13.12.2018 23:02 Print

Tueur condamné à la prison à vie

Un homme qui avait abattu deux personnes dans un bar en mars 2017 a été condamné à la perpétuité.

Voir le diaporama en grand »
L'auteur principal des faits a été condamné jeudi (13 décembre 2018) à la prison à vie. Le procès du principal suspect, un Albanais de 42 ans, s'est déroulé ce lundi à Bâle. Le deuxième suspect a été arrêté aux Pays-Bas. (10 décembre 2018) Aucun motif n'est encore connu pour la fusillade survenue au Café 56 jeudi 9 mars 2017 vers 20h15. Elle a fait deux morts. Les tireurs sont en fuite. (vendredi 10 mars 2017) Le drame est survenu au Café 56 à Bâle jeudi 9 mars vers 20h15. (vendredi 10 mars 2017) Une équipe de policiers scientifiques s'est rendue sur les lieux sitôt le drame connu. (vendredi 10 mars 2017) Deux hommes armés ont tué deux personnes et gravement blessé une troisième dans un café de Bâle, en tirant à plusieurs reprises sur les clients. (Jeudi 9 mars 2017) Aucun détail sur les suspects, qui sont en fuite, et leurs motivations n'a été divulgué. (Jeudi 9 mars 2017) D'après les éléments dont disposent les enquêteurs, les deux hommes ont quitté le café en direction de la gare de Bâle. (Jeudi 9 mars 2017) La police a lancé un appel à toute personne pouvant disposer d'informations sur ces faits tragiques. (Jeudi 9 mars 2017) La rue où se trouve le café a été fermée au trafic pendant l'intervention des secours. Depuis, le périmètre de sécurité a été fortement réduit. (Jeudi 9 mars 2017) Un impact de balle était clairement visible sur l'une des fenêtres de l'établissement, un petit café d'angle de rue situé dans un quartier assez résidentiel. (Jeudi 9 mars 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Albanais de 42 ans accusé d’avoir abattu deux compatriotes dans un bar de la ville a été condamné jeudi à la perpétuité. Les faits s’étaient déroulés en mars 2017 sur fond de trafic de drogue. L’une des victimes avait été exécutée d’une balle dans la tête. Les juges n’ont pas trouvé de circonstance atténuante au prévenu.

«Tirer une balle au milieu du front montre un manque total de scrupule», a estimé la Cour. Le quadragénaire, qui affirme s’être dénoncé pour protéger sa famille, va faire appel.

(frs)