Attentats en Europe

14 novembre 2019 21:18; Act: 14.11.2019 22:57 Print

L'«Emir» suisse de l'EI qui entraînait les terroristes

Le Suisse Thomas C.* a été parmi les premiers Européens à partir faire le jihad. Il a rapidement gravi des échelons dans la hiérarchie du califat et formé des terroristes qui ont frappé l'Europe.

storybild

Thomas C.* n'était pas un Allemand. Ce responsable d'une prison de l'Etat islamique est un Suisse résident dans le canton d'Argovie. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Thomas C.*, 32 ans, originaire de Nussbaumen (AG), a longtemps été considéré comme un fantôme pour le Service de renseignement suisse. Même les membres de l'Etat islamique ne savaient pas qu'il était Suisse, converti à l'islam, et qu'il résidait dans le canton d'Argovie. «Nous pensions qu'il s'agissait d'un Allemand de Francfort sur le Main», a précisé au quotidien «Bild» un combattant qui se trouve actuellement en prison.

Thomas C.* a effectivement habité dans la ville allemande pendant environ sept ans. Outre l'allemand, il parle couramment le français, l'anglais, l'arabe et probablement le russe, ce qui le rendait très précieux aux yeux du califat. Arrivé en 2013 en Syrie, le Suisse a ensuite rapidement gravi les échelons au sein de l'organisation.

Responsable de prison

Surnommé l'«Emir», c'est pendant cette période qu'il gère les services secrets de l'EI à Manjib. La ville est un important croisement puisqu'elle est proche de la frontière turque et est l'un des points d'entrée les plus populaires pour les combattants étrangers qui veulent s'unir à la lutte. L'Argovien est aussi le responsable de la prison principale de la ville, un ancien complexe hôtelier transformé en un lieu de torture. Il a compté jusqu'à une centaine de détenus, locaux et étrangers.

Thomas C.* a alors tout sous contrôle et réduit au minimum les risques. Il ordonne même aux gardes du pénitencier de porter des ceintures explosives. «Ils la mettaient tous», a raconté l'un d'entre eux. Le Suisse était très prudent. Il ne se faisait jamais photographier et se faisait appeler par différents pseudonymes, parmi lesquels Abu Hajir Abdullah as-Swissri et Abu Musab al-Germani.

Chef des opérations étrangères

Thomas C.* devient alors toujours plus influent et bénéficie des rapports privilégiés avec Abu Muhammad al-Adnani, le chef des services secrets étrangers de l'Etat islamique. L'Argovien, d'après des informations du quotidien allemand, se marie avec une personne de la parenté d'Adnani. On lui assigne donc un rôle de direction dans la section Opérations étrangères de la formation islamiste. C'est à cette occasion qu'il est impliqué dans la planification des attaques perpétrées par l'EI en Europe. Toujours d'après le tabloïd, le Suisse aurait entraîné deux des terroristes qui ont attaqué Bruxelles le 22 mars 2016 faisant 32 morts.

Thomas C.* est-il encore vivant? Trois ans après les attaques, le califat commençant à se démembrer, il disparaît des radars. Comme personne ne sait où il se trouve, l'Argovien est considéré comme mort. Mais les observateurs qui surveillent la scène jihadiste ont de sérieux doutes sur ce décès. «Nous supposons que Thomas C.* est encore vivant», ont-ils précisé à 20minutes. Il pourrait aussi être derrière l'organisation des récents attentats déjoués en Allemagne.

(atk)