Écrasée par sa voiture

24. Juli 2019 10:01; Akt: 25.07.2019 11:43 Print

Pérou: un Romand écroué après la mort de son amie

Selon des témoins, le citoyen helvétique a reculé à grande vitesse avec son véhicule, faisant tomber sa partenaire: elle est décédée à la suite du choc.

Fehler gesehen?

Un drame secoue la station balnéaire de Paracas, au Pérou. ZMC*, une Péruvienne de 33 ans, est décédée dimanche matin à la suite d'un différend avec son compagnon, ABS*, un Suisse de 26 ans. Le couple a passé la soirée en ville pour fêter l'anniversaire de la trentenaire. Des images de vidéosurveillance montrent le Suisse, dont les parents sont domiciliés sur la côte vaudoise, sortant d'une maison dimanche matin avec une planche de surf. Il la range dans son véhicule puis prend le volant, raconte «20 Minuten». Selon la presse locale, ABS était en état d'ébriété à ce moment-là.

Quelque temps après, on peut voir ZMC s'approcher de la voiture et discuter avec son compagnon. Elle aurait alors tenté de l'empêcher de conduire ivre. À un moment, ABS a mis les gaz. La Péruvienne a été traînée sur plusieurs mètres par le véhicule et a percuté le bord du trottoir avec la tête. Cette mère de trois enfants (3,9 et 10 ans) est décédée à l'hôpital. Le Suisse de 26 ans a été arrêté et se trouve en détention. De son côté, il assure qu'il s'agit d'un accident.

Un Suisse écroué au Pérou

«Cela ne peut pas être un accident de la route»

La famille de la victime ne croit pas à un accident. Elle accuse le double national helvético-péruvien d'avoir volontairement tué la femme de 33 ans. Celle-ci l'aurait déjà dénoncé pour violence domestique en 2018. Le père de la victime affirme aux médias locaux que sa fille envisageait de quitter ABS, depuis qu'il était devenu violent avec sa fille. «Il l'a traînée, ne s'est même pas arrêté, n'a fait preuve d'aucune pitié. Cela ne peut pas être un accident de la route, c'est un meurtre, c'est un psychopathe», accuse-t-il.

Le consulat suisse à Lima est en contact avec les autorités locales et soutient le citoyen suisse dans le cadre de la protection consulaire, a indiqué mardi à Keystone-ATS le Département fédéral des affaires étrangères.

* Noms connus de la rédaction

(cga/ats)