Dérapage du conseiller national Dominique Baettig

26 octobre 2009 11:24; Act: 26.10.2009 12:38 Print

Un UDC fricote avec l'extrême-droite française

par Philippe Favre - Le conseiller national jurassien Dominique Baettig a été invité à un meeting du Bloc identitaire en France. Mal à l'aise, il a quitté les lieux après que des propos xénophobes ont été tenus à la tribune.

Une faute?

Le conseiller national UDC Dominique Baettig est dans de sales draps. Le Jurassien a participé à un meeting d’extrême-droite à Orange (F), les 17 et 18 octobre derniers.

Il y a même prononcé un discours très applaudi sur les minarets en Suisse, qu’il a comparés à des symboles phalliques. Dans son envolée lyrique, il a carrément appelé à la castration de cet emblème de l’Islam.

L’histoire en serait probablement restée là, si les journalistes de l’émission Mise au Point, sur la TSR , n’avaient pas laissé tourner leurs caméras.

Le Jurassien s’est retrouvé au milieu des dirigeants du «Bloc identitaire», un ambitieux mouvement de la droite dure française qui ne mâche pas ses mots. Et qui, pour sa convention, avait invité des orateurs étrangers.

Le conseiller national Baettig a fini par quitter les lieux, rendu mal à l’aise par le ton des discours. Des propos xénophobes ont fini par avoir raison de sa présence. Mais le mal est fait: le Jurassien se retrouve dans une tourmente médiatique dont il se serait volontiers passé.

«Je me félicite qu'il n'y soit pas resté, mais sans doute aurait-il mieux valu ne pas y aller, a réagi le vice-président de l’UDC Yvan Perrin. L’essentiel est de ne pas commettre la même erreur deux fois», a jouté le Neuchâtelois sur les ondes de la TSR.

De son côté, Dominique Baettig s’estime piégé et instrumentalisé par le Bloc identitaire. Invité depuis juillet dernier, il aurait largement eu le temps de s'informer sur les activités des extrémistes français. A l'époque, déjà interrogé par la TSR, il niait tout caractère raciste à ce meeting.

A ce récent dérapage viennent s'ajouter des éléments de son passé qui remontent dangereusement à la surface. Ainsi, dans les années septante, le Jurassien avait fondé un groupuscule à tendance nazie-maoïste. En en mai dernier, il avait appelé à une «révision dépassionnée de l’histoire».

Dans un autre écrit, il précisait encore: «Mais la pratique de la criminalisation de toute critique, le "lucratif business des réparations",
de la repentance transmise automatiquement aux générations suivantes, du devoir de mémoire obligatoire et exclusif a donné des idées aux autres victimes.»

Ses prises de position font frémir la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation) qui s’est fendu, lundi, d’un communiqué: «La récente participation de Dominique Baettig au congrès du Bloc Identitaire, et son texte de mai 2009, en disent long sur le combat politique qu’il entend mener et ne peut que nous pousser à l’inquiétude.»

La CICAD s'offusque en particulier du «lucratif business des réparations», qu'il considère comme «une injure faite à tous ceux qui furent spoliés et dépouillés de leurs biens par les nazis et leurs collaborateurs».


Sur internet on retrouve la vidéo du bloc idenditaire qui ne fait aucune référence à la présence de Dominique Baettig:

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen


Le 27 juillet 2009, le téléjournal de la TSR annonçait la présence du conseiller national au meeting