Bâle

11 janvier 2016 11:36; Act: 11.01.2016 12:01 Print

Un ado fait joujou avec une fausse bombe: condamné

En avril 2015, un mineur a semé la pagaille au centre-ville de Bâle après avoir déclenché une fausse alerte à la bombe. Il devra suivre un traitement dans un établissement fermé.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le Tribunal bâlois des mineurs a condamné en décembre un ado pour menaces ayant alarmé la population et fausse alerte. Le jeune avait paralysé le centre-ville de Bâle avec une fausse bombe, en avril de l'an dernier. Le président du tribunal, Christoph Bürgin, a confirmé lundi à la «Basler Zeitung» que les juges avaient décidé de le placer en établissement fermé où il doit suivre un traitement psychologique. On ignore combien de temps il devra y rester d'autant plus qu'il a également écopé d'une peine privative de liberté sans sursis. Son jugement vient d'être entré en force.

L'accusé ou ses parents risquent par ailleurs de devoir s'acquitter d'une grosse somme d'argent. Un porte-parole de la police a confirmé au quotidien que les autorités vont revendiquer plusieurs dizaines de milliers de francs pour les frais d'intervention.

Une valise «déguisée» en bombe

Le 24 avril dernier, le prévenu alors âgé de 16 ans ainsi que sa copine de 18 ans avaient déposé une valise, ressemblant à une bombe, sur la place du théâtre. Les jeunes avaient pris soin de coller des fils électriques sur le bagage pour duper un maximum de personnes. Ils avaient également placé une page du Coran à côté de la valise.

Rapidement alertée, la police avait bouclé un large périmètre autour de la «bombe» et avait fait évacuer plusieurs bâtiments ainsi que le théâtre. Le centre-ville avait été bloqué pendant plusieurs heures. Les forces de l'ordre avaient par ailleurs fait appel à des spécialistes zurichois qui s'étaient rendus sur place avec un robot démineur. Les deux «poseurs de bombe» avaient finalement été interpellés deux jours plus tard au domicile du père de l'ado. Celui-ci avait posté plusieurs articles traitant de la fausse alerte sur Twitter.

Sa petite amie pas encore condamnée

Les raisons qui ont mené à ce geste restent floues. Mais des recherches menées par la «Basler Zeitung» montrent que le mineur menait une sorte de double vie avant de se faire arrêter. Dans la vraie vie, il vivait chez son père dans des conditions simples alors que sur le Net, il se faisait passer pour un manager de 24 ans qui travaille dans une grande multinationale. Il avait ainsi l'habitude d'écrire sur Facebook et Twitter qu'il aimait manger à l'hôtel de luxe Les Trois-Rois et qu'il passait ses vacances à Monaco.

Actuellement, l'enquête sur sa petite amie n'a pas encore été bouclée. Comme l'Allemande, originaire du land de Rhénanie-Palatinat, avait 18 ans au moment des faits, elle sera jugée comme une adulte. Elle risque une peine pécuniaire ou une peine privative de liberté allant jusqu'à 3 ans. Elle risque par ailleurs de devoir se partager les frais d'intervention de la police avec son petit ami.

(ofu/ats)