Grande-Bretagne

30 août 2011 16:46; Act: 30.08.2011 17:33 Print

Un bateau écologique à moteur suisse

En collaboration avec le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux (Empa), l'Université de Birmingham a développé un prototype de bateau fluvial à hydrogène.

(Source: YouTube)

Une faute?

Sous certaines conditions, le bateau fluvial à hydrogène n'émet aucun gaz à effet de serre. La durée de vie de l'accumulateur développé en Suisse dépasse les 100 ans.

Le bateau est le mode de transport le plus efficient pour les marchandises. Et c'est pourtant précisément là que de nombreux vieux moteurs diesel sont encore en utilisation, sans épuration des gaz d'échappement et sans électronique moderne, a souligné mardi l'Empa. Ce dernier dresse le bilan d'un projet «ambitieux» lancé il y a trois ans par l'Université de Birmingham: la transformation à la propulsion par hydrogène d'un vieux bateau fluvial long de 18 mètres, le «Ross Barlow». Son moteur diesel avec son réservoir de fuel ont été enlevés et remplacés par un moteur électrique à haut rendement, une batterie d'accumulateurs électriques pour l'alimentation de pointe et une pile à combustible avec un accumulateur d'hydrogène pour recharger les accumulateurs électriques.

L'an dernier, le «Ross Barlow» a effectué son plus long périple sur le réseau fluvial britannique: en quatre jours il a parcouru 105 kilomètres en passant par pas moins de 58 écluses. Le bateau a consommé 106 kilowattheures (kWh), y compris le courant pour l'éclairage et la recharge des téléphones mobiles et des ordinateurs portables de l'équipage. La batterie d'accumulateurs électriques a fourni 71% de cette énergie, la pile à combustible 25% et les cellules photovoltaïques 4%. L'équipage a loué de façon unanime le déplacement pratiquement exempt de bruit du bateau et l'absence de dégagement de gaz d'échappement désagréables lors du passage des écluses.

Le bateau à moteur diesel de taille comparable qui accompagnait le «Ross Barlow» a consommé 50 litres de carburant diesel, ce qui correspond à 133 kilogrammes d'émissions de gaz carbonique (CO2). Les émissions de CO2 du «Ross Barlow» sont elles égales à zéro, à condition toutefois que l'hydrogène soit produit à partir de ressources renouvelables et qu'il soit transporté sans émissions sur les rives du canal pour faire le plein d'hydrogène du bateau.

La durabilité et la fiabilité de l'accumulateur d'hydrogène à hydrure métallique ont tout d'abord été testées en laboratoire. Pour l'exploitation du «Ross Barlow» cela signifie que s'il navigue 650 kilomètres par année sur les canaux anglais, il lui faut s'alimenter 12 fois par année en hydrogène. Dans ce cas, la durée de vie de l'accumulateur à hydrure dépasserait 100 ans, soit bien plus que la durée de vie du bateau lui-même.

(ap)