Accouchements

04 décembre 2008 09:08; Act: 04.12.2008 09:58 Print

Un enfant sur trois naît par césarienne

En dix ans, le taux de naissances par césarienne a passé de 22 % à 32% en Suisse, avec des disparités cantonales considérables.

Une faute?

En dix ans, le taux de naissances par césarienne a passé de 22 % à 32 % en Suisse, avec des disparités cantonales considérables. La Fédération suisse des sages-femmes (FSSF) invite la Confédération, les cantons et les caisses maladie à réagir.

En 2007 le taux de césariennes était de 32,2 % en Suisse, alors que dans certains pays européens, il est en partie inférieur de 20 points. Presque un enfant sur deux (45 %) dont la mère est assurée en privé vient au monde en salle d'opération et la proportion de césariennes pratiquées dans le canton de Zoug (40 %) représente plus du double de celle du Jura (19 %).

Cette hausse et ces écarts ne s'expliquent pas par des raisons médicales, selon les sages-femmes. La santé de la mère et de l'enfant sont mises en jeu pour des motifs relevant de la gestion d'entreprise et d'intérêts financiers à court terme. Seules 2 % des femmes souhaitent d'emblée une césarienne, note la FSSF dans un communiqué publié jeudi.

Plus risqué

Les accouchements par césarienne sont nettement plus risqués pour la santé de la mère et de l'enfant que ceux par voie naturelle. Ainsi, deux fois plus d'enfants nés par césarienne doivent être transférés aux soins intensifs de pédiatrie. Ils sont également plus sujets aux allergies et à l'asthme en particulier, comme l'a démontré une récente étude.

Quant aux mères, elles ont des douleurs jusqu'à six mois après une césarienne, elles ne peuvent pas porter leur enfant et ont des difficultés à allaiter. Elles ont en outre davantage de complications sévères lors des grossesses suivantes.

Plus cher

A l'évidence, cela renchérit le système de santé. Des mères et des enfants sont mis en danger pour des questions de gestion d'établissements et des choix de certains médecins et hôpitaux. Les césariennes sont programmables, plus courtes et de ce fait rentables. Elles permettent en outre aux hôpitaux de diminuer le travail de nuit et de week-end.

La FSSF demande par conséquent à la Confédération, aux cantons et aux caisses maladie d'instaurer un contrôle des hôpitaux et des médecins et de renforcer le statut des sages-femmes. Plusieurs études montrent que les accouchements dirigés par des sages-femmes se terminent nettement moins souvent en césariennes, avec à la clef un état de santé égal sinon meilleur de la mère et de l'enfant.

Il s'agit en particulier de prendre les sages-femmes en considération comme des professionnelles compétentes en obstétrique dans le cadre des révisions de la LAMal. Les assureurs maladie sont invités à intervenir en cas de taux de césariennes dépassant la moyenne.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Y.A.M. le 04.12.2008 10:49 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ?

    Pourqoui mettre un talkback sur un sujet aussi peut intéressant à commenter alors qu'il y a des sujets plus chaud qui méritent des commentaires...???

  • mireille le 05.12.2008 01:15 Report dénoncer ce commentaire

    douloureux souvenir!

    mon premier fils est né par cesarienne,je garde un souvenir assez douloureux des jours qui ont suivi cette operation.j'arrivais pas a me lever de mon lit tellement j'avais mal;profiter de mon petit ange m'était penible;je suis passée à coté du plus beau et je le regrette encore...

  • cris le 04.12.2008 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    libre choix

    Il faur arrêter de compter le nombre de césariennes, je crois que toute femme est libre de choisir comment elle va mettre au monde son enfant. Il y a bien des autres dépenses que l'accouchement qui ne sont pas justifiées. Et les hôpitaux et les assurances n ont qu à se débrouiller, on paye assez

Les derniers commentaires

  • mireille le 05.12.2008 01:15 Report dénoncer ce commentaire

    douloureux souvenir!

    mon premier fils est né par cesarienne,je garde un souvenir assez douloureux des jours qui ont suivi cette operation.j'arrivais pas a me lever de mon lit tellement j'avais mal;profiter de mon petit ange m'était penible;je suis passée à coté du plus beau et je le regrette encore...

  • cap le 04.12.2008 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    enfin un article très intéressant

    Merci , j'espère que l'article ouvrira les yeux de femmes à qui on fait subir une césarienne sans raison médicale valable et juste par comfort du médecin et bénéfice de la clinique!!! On ne doit pas imposer ce genre d'intervention sans raison valable.....

  • Y.A.M. le 04.12.2008 10:49 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ?

    Pourqoui mettre un talkback sur un sujet aussi peut intéressant à commenter alors qu'il y a des sujets plus chaud qui méritent des commentaires...???

  • cris le 04.12.2008 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    libre choix

    Il faur arrêter de compter le nombre de césariennes, je crois que toute femme est libre de choisir comment elle va mettre au monde son enfant. Il y a bien des autres dépenses que l'accouchement qui ne sont pas justifiées. Et les hôpitaux et les assurances n ont qu à se débrouiller, on paye assez