Succession à la tête de l'armée

04 avril 2019 12:20; Act: 04.04.2019 12:28 Print

Le Parlement ne veut pas d'un «soudard»

Les politiciens ont beaucoup d'attente à l'égard du chef de l'armée qui succédera à Philippe Rebord.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon les spécialistes du dossier au Parlement, la ministre de la défense Viola Amherd doit en tout cas éviter de se tourner vers un général à l'ancienne.

Pas de place pour un «soudard», a répondu jeudi à Keystone-ATS Josef Dittli (PLR/UR), président de la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats. Selon lui, le futur patron de l'armée doit être sensible aux processus politiques et avoir des compétences sociales.

Et de citer comme papables le chef de l'Etat-major de l'armée Claude Meier, le conseiller aux affaires militaires de Viola Amherd Melchior Stoller, le chef de l'Etat-major de l'instruction opérative Daniel Keller ou encore Thomas Süssli, chef de la Base d'aide a commandement.

Président de la commission du Conseil national, Werner Salzmann (UDC/BE) refuse de citer des noms. Il n'en a pas moins des attentes claires: excellentes connaissances de l'armée et grandes capacités de direction, expérience des médias et bon contact avec la Société suisse des officiers (SSO) ou les tireurs. Le futur chef devrait aussi savoir défendre des dossiers délicats en votation.

Travailler à l'interne

Egalement membre de la commission du National, Thomas Hurter (UDC/SH) met plutôt l'accent sur l'action à l'interne. Un bon chef doit prendre des décisions, diriger et surtout être là pour l'armée. Philippe Rebord l'a très bien fait: il a mené l'institution sans faire de vagues à l'extérieur, mais à l'interne il a regardé les choses de près et s'est engagé, illustre M.Hurter.

La SSO déplore le départ du Valaisan. Selon elle, son départ anticipé laisse malheureusement au milieu du gué le «changement culturel» qu'il a lui-même initié au sein de la direction de l'armée et de l'administration du département. La voie tracée par Philippe Rebord devra être poursuivie avec le flair politique ainsi que les capacités d'intégration et de travail en équipe indispensables.

(nxp/ats)