Suisse

27 mai 2019 11:03; Act: 27.05.2019 14:04 Print

Un groupe du PS prône l'adhésion à l'UE

Une section pro-européenne qui veut l'adhésion à l'Union européenne va être créée au sein du parti socialiste suisse.

storybild

L'ex-conseillère nationale bernoise Gret Haller se trouve derrière la fondation du groupe pro-UE au sein du PS. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que les discussions sur l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne (UE) battent leur plein, un groupe informel pro-européen prônant l'adhésion va être créé au sein du Parti socialiste suisse. Il sera présenté publiquement mardi à Olten (SO).

Le groupe s'est constitué en tant que «section UE», a expliqué lundi dans la «NZZ» l'ex-conseillère nationale bernoise (1987-1994) Gret Haller, qui fait partie de ses cofondateurs. Il ne se veut pas critique des activités du PS, mais complémentaire. Ses membres veulent nouer des contacts avec d'autres forces pro-européennes en Suisse et à l'étranger.

Il ne s'agit pas d'un organe officiel au même titre que le PS Femmes ou le PS Migrant-e-s, par exemple. «Il s'agit d'un groupe thématique informel issu de la base (du parti)», indique le porte-parole du PS Nicolas Haesler, contacté par Keystone-ATS. Il ajoute qu'il a été créé en accord avec le PS Suisse, lequel a été informé à chaque étape.

«Le moment viendra»

«Je suis convaincue que le moment viendra où la Suisse adhérera à l'UE», prophétise Gret Haller. Celle qui a été ambassadrice auprès du Conseil de l'Europe et médiatrice des droits de l'homme pour la Bosnie-Herzégovine estime que la voie bilatérale va devenir trop compliquée, ou que les citoyens finiront par avoir envie d'exercer une influence sur l'élaboration du droit européen.

En outre, elle rappelle que l'économie suisse est liée à celle de l'étranger. Et juge aussi que la Suisse ne peut pas résoudre seule les problèmes climatiques, de protection des données, de migration ou encore de lutte contre le terrorisme.

Comme avant la Suisse moderne

La politicienne de 71 ans compare la situation actuelle du pays avec celle qui prévalait avant la fondation de l'Etat moderne. «Les cantons n'étaient plus en mesure d'opérer uniquement à l'intérieur de leurs frontières. Malgré tout, certains ne voulaient pas d'une union entre les cantons, en particulier les catholiques conservateurs.»

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • cotz04 le 27.05.2019 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est le temps de la retraite , Mme.

    C'est du n'importe quoi . Cette ancienne ministre ne peut-elle pas s'occuper tranquillement pendant sa retraite , que de lancer des inepties . Qui feront le bonheur de certains députés et de toute notre presse , écrite et télévisuelle . Y en a marre de se faire déjà bouffer par cette UE , qui ne fait absolument rien pour la planète , bravo les Allemands ... et qui avec le retour du Roi de France , n'annonce rien de bon . Alors chère Madame , allez vous promener et prendre du bon temps dans 1 pays pour l'instant libre et démocrate .

  • robert le 27.05.2019 11:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    honteux

    juste pour imiter la france lors de débats politique. FAITE NOUS RIRE

  • Arnold le 27.05.2019 11:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De Melchtal

    Il est temps de faire du nettoyage dans vos intentions de vote

Les derniers commentaires

  • Pluche le 23.06.2019 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "Débilité inquiétante"

    Ça fait vraiment peur cette "stupidité" et cet "acharnement" à vouloir détruire tous nos acquis, notre culture, et en plus notre démocratie ... Pour une UE qui ne fonctionne pas...

  • Le Geriontocrate le 08.06.2019 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fiasco total

    Comme ça c'est la mort annoncée du Parti socialiste, 6% aux dernières élections européennes! Cette dame devrait s'acheter des lunettes et lire la presse étrangère !

  • Arthur le 08.06.2019 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Initiative et référendum

    La chose la plus importante et dont personne ne parle c'est notre main mise à nous citoyens Suisse sur nos politiques à Berne, dans nos cantons et communes. Si un jour nous rentrons dans l UE, à coup sûr nous perdrons ce droit de la votation finale sur nos lois et règlements. Même si aujourd'hui parfois nous avons l impression de ne pas être bien écoutés, ce droit est là et est inaliénable. Nous ne pourrons entrer dans l UE que si le peuple Européen pourra lui aussi exercer l'initiative et le référendum.

  • Justin Trukadir le 29.05.2019 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    des autistes

    bande d autistes sourds et aveugles faisant fi du peuple vivement une votation pour qu'ils se prennent un pied au c... magistral

  • Thomynaise le 28.05.2019 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela sera fatal !

    Malheureusement avec tous ce qu'il font ont y arrivera un jour dans l'UE, mais je pense qu'à ce moment là beaucoup de personne partirons. En effet, quand ont vois tout ce qui c'est passé depuis que les autres pays y sont rentré il y a eu que des problèmes. Est-ce que c'est ce que veulent les Suisses ?