Grisons

15 août 2017 11:19; Act: 15.08.2017 16:04 Print

Un hôtel fait scandale en ciblant les juifs

Dans un hôtel à Arosa (GR), une affiche demande explicitement à ses visiteurs juifs de se doucher avant d'aller dans la piscine. La polémique explose en Israël.

storybild

La photo de l'affiche a rapidement fait le tour de l'Europe, sur les réseaux sociaux et dans les médias israéliens notamment. (Photo: DR)

Une faute?

L'hôtel Paradies à Arosa, qui met des appartements à disposition sur Booking.com, accueille depuis des années de nombreux clients juifs, particulièrement des ultra-orthodoxes, en provenance du Royaume-Uni, des Etats-Unis ou encore d'Israël. Il est désormais au cœur de la polémique dans les médias israéliens mais aussi d'ailleurs, à la suite d'un post Facebook publié par un visiteur indigné.

A l'origine du problème, une affiche installée par la directrice dans la zone piscine. Il y est inscrit: «A nos clients juifs, vous êtes priés de prendre une douche avant et après la baignade. Si vous ne respectez pas cette règle, nous serons forcés de vous exclure de la piscine. Nous vous remercions de votre compréhension.» Selon la direction de l'appart'hôtel, elle avait été placardée à la suite de plaintes concernant deux jeunes filles juives qui étaient entrées dans l'eau sans avoir pris de douche, a rapporté le journal israélien The Times of Israel.

Une autre affiche placardée sur le congélateur de l'hôtel s'adressait là encore aux seuls clients juifs, autorisés par la direction a y entreposer de la nourriture casher. «A nos clients juifs: vous pouvez avoir accès au congélateur seulement pendant ces créneaux horaires : 10h00-11h00 et 16h30-17h30. J'espère que vous comprenez que notre équipe n'aime pas être dérangée sans arrêt.»

Scandale en Israël

Une photo de l'affiche tourne désormais sur les réseaux sociaux et les médias israéliens. Le scandale a même atteint les sphères politiques du pays: la ministre adjointe aux Affaires étrangères Tzipi Hotovely a condamné le message de l'hôtel comme «un acte antisémite de la pire espèce». Elle a demandé dans le «Jerusalem Post» des conséquences juridiques dissuasives pour l'auteure de l'affiche, et exigé des excuses officielles.

Le Centre Simon Wiesenthal a pour sa part demandé à la ministre suisse de la Justice, Simonetta Sommaruga, de «fermer l'hôtel de la haine» et de «punir sa direction». Il demande en outre au site de réservation Booking.com de «retirer l'Aparthaus Paradies» de ses listes et «à la communauté juive de mettre sur liste noire cet horrible hôtel».

Affiche retirée

La direction assure que l'affiche a été retirée. «Le choix des mots était faux, regrette la gérante de la résidence. On est toujours plus intelligent après.» Elle précise que c'étaient généralement des clients juifs qui allaient nager sans se doucher, raison pour laquelle elle avait adressé son avertissement directement à ce groupe. Elle reconnaît avoir eu tort. Elle assure ne pas être antisémite. «Sinon, nous n'accueillerions pas des invités juifs», conclut-elle.

Le ministère suisse des Affaires étrangères a indiqué mardi dans un communiqué qu'il avait réaffirmé à l'ambassadeur d'Israël que la Suisse «condamne le racisme, l'antisémitisme et toute discrimination».

(dwa/rmf/ats)