Terrorisme

22 septembre 2016 18:14; Act: 22.09.2016 19:12 Print

Un islamiste du GIA arrêté à Vallorbe

Merouane Benahmed, ancien membre du Groupe islamique armé, s'était enfui alors qu'il était assigné à résidence en France.

storybild

Merouane Benahmed le 18 décembre 2015. (Photo: AFP)

Une faute?

Un ancien membre du Groupe islamique armé (GIA) recherché depuis quinze jours par la police française a été arrêté à Vallorbe (VD), a indiqué jeudi la police cantonale vaudoise. L'homme a déposé une demande d'asile politique en Suisse alors qu'il était sous mandat d'arrêt.

Vers 15 heures, les gendarmes du groupe d'intervention de la Police cantonale vaudoise (DARD) ont procédé à l'interpellation du ressortissant algérien de 43 ans, a confirmé jeudi le porte-parole de la police vaudoise. Merouane Benhamed s'était présenté mercredi au Centre d'enregistrement et de procédure de Vallorbe pour y déposer une demande d'asile, précise la même source.

Pas de résistance

«Lors de son arrestation, il n'a pas opposé de résistance», a encore précisé le porte-parole de la police. L'homme était sous mandat d'arrêt émis par la justice française. Il a été placé en détention en vue de son extradition.

Il s'est opposé à la procédure simplifiée d'extradition, c'est donc la procédure ordinaire qui s'appliquera. «Nous discuterons du cas vendredi matin avec l'Office fédéral de la justice», a encore indiqué le porte-parole de la police cantonale vaudoise.

Condamné à 10 ans de prison

Merouane Benahmed, condamné à 10 ans de prison en 2006 dans l'affaire dite des «filières tchétchènes», soupçonnées de projeter des attentats à Paris, avait été libéré en 2011. La Cour européenne des droits de l'Homme ayant refusé son extradition vers l'Algérie, où il a été condamné à mort par contumace, il avait été assigné en résidence successivement dans plusieurs départements.

Il devait depuis se présenter quatre fois par jour au commissariat local, ce qu'il jugeait inhumain. Le 8 septembre, il ne s'était pas présenté à son contrôle judiciaire alors qu'il était assigné à résidence à Evron (Mayenne).

Il avait pointé pour la dernière fois la veille au soir et la gendarmerie avait déclenché un vaste dispositif de recherches dans le département. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) française avait été ensuite saisie.

(nxp/ats)