Canada

26 décembre 2013 11:29; Act: 26.12.2013 15:29 Print

Un membre du Conseil islamique suisse refoulé

Abdel Azziz Qassim Illi, porte-parole de l'organisation, devait se rendre à Toronto pour assister à un congrès. Il n'a pas pu embarquer à Zurich.

storybild

Abdel Azziz Qassim Illi écoute, incrédule, les explications du personnel. (Photo: CCIS)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil central islamique suisse (CCIS) a communiqué l'information mercredi, jour de Noël. Abdel Azziz Qassim Illi, qui devait prendre un vol pour Toronto, via Montréal, afin d'assister à un congrès ayant pour thème: «Relancer l'Esprit islamique», n'a pas été autorisé à partir. Au comptoir d'enregistrement, on lui a signifié qu'une interdiction d'entrée au Canada courait contre lui. Citoyen suisse, Qassim Illi assure pourtant avoir effectué toutes les démarches nécessaires à son voyage. Les deux autres membres de la délégation du CCIS ont, eux, pu voyager tranquillement.

Le personnel a expliqué à Qassim Illi que dans de nombreux cas, les autorités canadiennes et américaines prononcent des interdictions d'entrée sans en donner les raisons. L'homme décrit cette manoeuvre comme: «purement arbitraire et résultant d'un collecte de données non-maîtrisée, qui donnent lieu à des amalgames injustes.» Il souhaite maintenant se battre contre cette décision ou, tout du moins, obtenir des explications. En effet, Qassim Illi ne s'est jamais rendu dans ce pays et n'y voyageait pas dans le but de s'exprimer publiquement. Il imagine que son nom apparaît, par erreur, sur une liste de personnes interdites de vols aux Etats-Unis et partagée avec le Canada. Et Qassim Illi l'assure, il n'a jamais rien fait d'illégal.

Contactée, la compagnie Swiss, qui opérait le vol, ne peut pas donner les raisons exactes de ce refoulement et affirme n'avoir fait qu'appliquer les directives canadiennes. «Nous devons nous assurer que le passager est en droit d'entrer dans le pays de destination. Si ce n'est pas le cas, il reste en Suisse», explique toutefois le service de presse. Car si la douane canadienne n'avait pas laissé entrer Qassim Illi, la responsabilité de le rapatrier aurait incombé au transporteur. L'ambassade du Canada, fermée pour les Fêtes, ne s'est pas exprimée.

(dmz/pwe)