Suisse

16 janvier 2020 17:18; Act: 16.01.2020 18:06 Print

Un nouveau projet de LPP a été présenté

Jeudi, la Société suisse des entrepreneurs a dévoilé sa proposition pour la réforme de prévoyance professionnelle.

storybild

Le nouveau projet de LPP tient notamment compte d'un abaissement du taux de conversion. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau projet de réforme de la prévoyance professionnelle a été présenté jeudi. Après celui des patrons et syndicats, la Société suisse des entrepreneurs (SSE), Swiss retail federation et Employeurs banques ont levé le voile sur leur proposition.

Le nouveau projet tient compte des principales demandes concernant la réforme de la LPP: un abaissement du taux de conversion à 6% et le maintien du niveau des rentes. Pour la SSE, Swiss retail federation et Employeurs banques, leur projet de réforme constitue un «compromis raisonnable».

Le surcoût par an de ce projet se chiffre à 1,6 milliard de francs, contre 3,05 milliards pour celui présenté en juillet 2019 par l'Union syndicale suisse (USS) et l'Union patronale suisse (UPS).

Deux projets différents

Les cotisations salariales pour le deuxième pilier diffèrent entre les deux projets. La nouvelle proposition demande que les actifs contribuent au 2e pilier dès l'âge de 20 ans au lieu de 24 actuellement. Les cotisations salariales à la LPP seraient de 9% pour les 20-24 ans. Pour les 55-65 ans, elles seraient de 16%, au lieu de 14% dans le projet retenu par le Conseil fédéral. Actuellement, les salaires de cette tranche d'âge sont ponctionnés de 18%, un taux qui réduit l'attractivité des salariés âgés.

La déduction de coordination, qui détermine le salaire assuré, est par contre près de deux fois plus élevée dans le projet présenté jeudi. Ce choix entraîne une réduction du salaire assuré et donc de la rente. Pour les petits salaires, la réforme préconise cependant que la déduction de coordination atteigne 60% du salaire AVS.

Non au montant de solidarité

Enfin, les partenaires sociaux s'étaient également mis d'accord en juillet 2019 sur un supplément de rentes. Les futurs bénéficiaires du 2e pilier devraient toucher un montant fixe par personne, financé solidairement par une cotisation de 0,5% sur le salaire soumis à l'AVS.

Ce point ne figure pas dans le projet présenté jeudi. Il propose plutôt d'augmenter l'avoir vieillesse LPP en pourcentage sur 10 ans. Le financement serait assuré par les provisions existantes dans les caisses de pension.

La proposition des partenaires sociaux comporte de «bons éléments», considèrent les trois organisations professionnelles. Ils jugent toutefois qu'elle ne pourra pas réunir de majorité car elle propose d'introduire un système de redistribution qui donnerait lieu à une «confusion des piliers».

Le nouveau projet de réforme déplaît fortement à l'USS. Dans un communiqué jeudi, elle juge qu'il aurait pour conséquence une baisse des rentes, en particulier dans les caisses de pensions qui ne disposent pas de réserves importantes. Cité dans le communiqué, le vice-président d'Unia Aldo Ferrari, cette proposition se «moque des employés qui travaillent dur dans le secteur de la construction».

Projet de l'Usam

L'Usam a également concocté son propre projet en juillet 2019. La faîtière des PME propose aussi de faire passer le taux de conversion de 6,8% à 6% comme le préconise la réforme de l'Union patronale et de l'Union syndicale suisses.

Les différences résident avant tout sur deux points: l'Usam veut maintenir la déduction de coordination à son niveau actuel (24'885 francs) et pas question d'introduire un principe de solidarité: le capital du 2e pilier se compose d'économies personnelles et ne doit pas se substituer au rôle redistributif de l'AVS.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Mirco le 16.01.2020 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    arrêtez de suite

    Un projet pensé par le patronat n'est pas avantageux pour les employés

  • Pepette71 le 16.01.2020 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut faire mieux

    Une prime linéaire (donc continuellement en lien avec le salaire)!serait bien plus intelligent et logique ! Ainsi, moins de licenciements dès des personnes de 50 ans et plus qui coûtent trop cher aux employeurs !

  • pascal le 16.01.2020 18:16 Report dénoncer ce commentaire

    Primo

    Il faut supprimer la déduction de coordination. Dès qu'on gagne de l'argent, on cotise au 2ème pilier.

Les derniers commentaires

  • G.D le 21.01.2020 21:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    3 ème pilier

    il faudrait rendre le 3ème pilier obligatoire dès les 30 ans, mais laisser libre choix du montant de cotisation annuel à chacun.

  • Liberland le 17.01.2020 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    Les 3 Suisses

    plus de gens placerait leur Lpp si l honnête banquier ne leur disait pas que vous pouvez tout perdre ou bingo, avant 2010 c était motus et bouche cousue ! Boursicout hi boursicot ah !!!

  • lulu le 17.01.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    A 18 ans

    si l'on peut payer l'AVS à 18 ans ont peut payer aussi le LPP à 18 ans.

  • Mimi le 17.01.2020 01:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Baisse de cotisation = baisse d'encaissement

    Je ne comprends pas qu'on propose d'augmenter le montant de coordination. Il devrait être supprimé. Ensuite les retenues LPP devraient avoir le même taux à 20 ans ou à 65 ans. Cela supprimerait en partie les licenciements des plus de 50 ans. Il faudrait également que la LPP soit retenue dès la fin de l'apprentissage. Si ces propositions sont retenues personne ne touchera plus rien.

    • Mimi le 17.01.2020 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mimi

      « Si ces propositions sont retenues personne ne touchera plus rien. » Je me suis mal exprimée Je parlais bien sûr des nouvelles propositions expliquées dans 20 Minutes

  • rip le 17.01.2020 00:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est cuit pour les moins de 50 ans

    Les seuls qui en ont bien profité, ce sont ceux qui sont déjà à la retraite. Ils ont gagné pendant les belles années, et profites d'une rente, qui a déjà été raboté. Ceux qui sont nés depuis 1970 ne toucheront plus rien. À eux de payer la note. Et comme les naissances sont en baisse, on est pas sorti de la M. Car peu importe le système, il faut d'abord boucher le trou abyssal.