Soleure

07 décembre 2018 15:58; Act: 07.12.2018 16:05 Print

Un pédophile récidiviste a été arrêté

Un homme qui portait un bracelet électronique pour des actes de pédophilie a été une nouvelle fois interpellé.

storybild

Le cas de ce pédophile de 45 ans préoccupe la justice, les milieux politiques et le public. (Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Une faute?

Un pédophile récidiviste a été arrêté à la fin du mois de novembre dans le canton de Soleure. Il avait été libéré en 2016 et portait un bracelet électronique. Le gouvernement soleurois a demandé une enquête externe sur ce cas.

En mandatant une enquête externe, le chef du département de justice Roland Fürst veut savoir en détail comment ce cas a été traité, a indiqué vendredi la commission de justice du parlement soleurois. Les conclusions de l'enquête seront rendues publiques, selon le président de la commission Beat Wildi.

Le cas de ce pédophile de 45 ans préoccupe la justice, les milieux politiques et le public. Une enquête est actuellement en cours pour des actes d'ordre sexuel avec un enfant âgé de huit ans. L'homme a été arrêté à la fin du mois de novembre à Olten (SO).

Actes d'ordre sexuel avec des enfants

Il a été condamné par le tribunal de district d'Aarau en mai 1999 pour des actes d'ordre sexuel avec cinq enfants. Il a écopé d'une peine de 19 mois de prison assortie d'une thérapie ambulatoire.

En 2006, l'homme a été condamné par le tribunal de district d'Olten à cinq ans de prison pour le viol d'une fillette âgée de huit ans. La peine a été différée au profit d'une thérapie stationnaire. Le prévenu est resté dix ans en prison et a suivi 239 séances de thérapie.

La thérapie a été un échec, l'homme refusant de s'y soumettre. Le risque de récidive a été jugé «moyen à élevé». Selon un rapport, l'homme est pédophile. Il s'est opposé à la prolongation de sa thérapie. La Cour suprême du canton de Soleure a jugé que la mesure devait être levée.

Pas d'internement rétroactif

L'office cantonal de la justice a ordonné que l'homme soit interné. Pour des raisons formellement juridiques, il n'y a pas eu d'audience au tribunal. Selon le Tribunal fédéral, un ordre d'internement rétroactif n'est possible que si un traitement thérapeutique ordonné préalablement a été levé dans le cadre d'un jugement exécutoire.

L'homme a été libéré en 2016 après un jugement de la Cour suprême du canton de Soleure. Le tribunal a exigé qu'il porte un bracelet électronique. Le prévenu a obtenu une indemnité de 52'100 francs, car il a été maintenu en détention trop longtemps.

(nxp/ats)