Trafic

25 juin 2019 11:54; Act: 25.06.2019 12:15 Print

Un peu moins de bouchons en Suisse l'an dernier

En tout, 25'366 heures d'embouteillage ont été recensées en 2018 sur le réseau des routes nationales. C'est une baisse de près de 2% par rapport à 2017.

storybild

Outre la surcharge de trafic (87%), près de 10% des heures de bouchons ont été causées par des accidents. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la première fois depuis longtemps, les routes suisses ont été un peu moins chargées en 2018. Reste que de nombreuses routes nationales ont régulièrement atteint les limites de leur capacité.

La surcharge du trafic a été à l'origine de près de neuf heures d'embouteillage sur dix, selon l'Office fédéral des routes (OFROU) dans un rapport sur la fluidité du trafic, publié mardi. Les routes nationales les plus engorgées ont été l'A1 entre Genève et Lausanne ainsi qu'entre Berne et Winterthour, et l'A2 dans la région de Bâle.

Au total, 25'366 heures d'embouteillage ont été recensées en 2018 sur le réseau des routes nationales. Cela correspond à une baisse de près de 2% par rapport à l'année précédente (2017: 7,4 % par rapport à 2016).

Outre la surcharge de trafic (87%), près de 10% des heures de bouchons ont été causées par des accidents, et environ 1,5 % par des chantiers. Les pannes, les incendies de véhicules ou les intempéries ont quant à eux provoqué quelque 1 % des heures d'embouteillage.

67'500 fois la distance Terre-Lune

La prestation kilométrique de l'ensemble du trafic sur les routes nationales a augmenté de 0,1 % en 2018 ( 2 % en 2017). Au total, 27'696 millions de kilomètres ont été parcourus, ce qui correspond à plus de 67'500 fois la distance entre la Terre et la Lune.

En 2018 aussi, les routes nationales, qui ne représentent qu'environ 2,6% de l'ensemble du réseau routier, ont absorbé plus de 40% de la totalité du trafic routier en Suisse et même plus de 70% du trafic de marchandises.

Rouler moins vite

Pour améliorer la situation, l'OFROU mise sur des mesures de gestion du trafic. Baisser la vitesse à 80 km/h en cas de trafic important sur une autoroute est l'une d'entre elles.

Une autre parade est l'utilisation de certaines bandes d'arrêt d'urgence comme voies de circulation (R-BAU), à l'image de la A1 aux abords de Lausanne. D'autres projets sont bien avancés, à Winterthour (A1), dans la région de Lausanne (A9) et à Berne (A6/Ostring).

Une dernière approche est l'élimination des goulets d'étranglement. Le Parlement a approuvé un crédit de près de 3,3 milliards de francs, qui comprend en Suisse romande un élargissement à Crissier (VD) ainsi que les contournements du Locle (NE) et de La Chaux-de-Fonds (NE).

(nxp/ats)