Révolutions arabes‎

24 février 2011 10:39; Act: 24.02.2011 10:56 Print

Un possible afflux de migrants inquiète la Suisse

La Suisse se prépare à un potentiel afflux massif d'immigrants suite aux révolutions du monde arabe.

Sur ce sujet
Une faute?

L'Office fédéral des migrations, les cantons, le Département fédéral des affaires étrangères ainsi que les garde-frontière se retrouvent jeudi pour débattre de la question.

Cette réunion intervient alors que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga participe à une rencontre sur le sujet à Bruxelles avec les ministres de l'intérieur de l'Union européenne. Le débat en Suisse touche à la capacité des structures d'accueil, mais aussi à la participation de Berne à la force de sécurisation des frontières extérieures de l'UE, Frontex.

Préparatifs en cours

L'Administration fédérale des douanes a mis à disposition trois experts. Jeudi, ceux-ci étaient encore en Suisse, dans l'attente d'un appel de Frontex.

Simonetta Sommaruga a indiqué la semaine dernière que des préparatifs étaient déjà en cours, notamment pour trouver de nouveaux lieux d'hébergement. Karin Keller-Sutter juge au contraire les structures d'accueil existantes suffisantes, a déclaré le week- end dernier la conseillère d'Etat saint-galloise et présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police.

Politique ou économique

La question du statut des migrants, réfugiés politiques ou immigrés économiques, soulève la controverse au niveau politique. Pour Géraldine Savary, conseillère aux Etats (PS/VD), les Libyens sont des réfugiés politiques qui «risquent la persécution tant que Kadhafi n'est pas tombé», indique-t-elle dans le quotidien «24 Heures» jeudi.

De son côté, Yves Nidegger, conseiller national (UDC/GE), estime qu'il s'agit d'immigrés économiques, «pour preuve, ce sont de jeunes hommes sans famille». Dans «24 Heures» également, le Genevois ajoute que pour faire face à la venue des migrants, il faut développer le contrôle des frontières européennes extérieures.

(ats)