Primes maladie

06 décembre 2018 11:49; Act: 07.12.2018 06:38 Print

Un quart des Suisses aidé pour son assurance

La Confédération et les cantons ont versé près de 4,5 milliards de francs aux assurés l'an dernier pour les aider à payer leurs primes d'assurance-maladie.

storybild

La charge financière pour l'assurance-maladie sur les ménages ne cesse d'augmenter. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Suisse sur quatre a bénéficié de réduction individuelle de primes d'assurance-maladie l'an dernier: cela représente près de 2,2 millions de personnes, soit 26% de la population.

Les montants versés au titre des réductions individuelles de primes (RIP) augmentent moins vite que le coût des primes de l'assurance-maladie obligatoire, selon le monitoring publié jeudi de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur la réduction des primes. Les primes pèsent ainsi toujours plus dans le budget des ménages, souligne l'OFSP.

En moyenne, la charge financière pour l'assurance-maladie correspondait en 2017 à 14% du revenu disponible sur l'ensemble des ménages, contre 12% en 2014. Ce chiffre varie selon les cantons, avec la charge la plus basse dans le canton de Zoug (7%) et la plus élevée dans les cantons du Jura et de Bâle-Campagne (18%).

Sur les quelque 2,2 millions de personnes qui ont bénéficié d'une réduction, environ 380'000 ont également bénéficié de prestations complémentaires et environ 330'000 de l'aide sociale. La RIP a profité avant tout aux 30% des ménages les plus pauvres.

Cette catégorie de la population reçoit également le plus de prestations médicales à la charge de l'assurance-maladie obligatoire, notamment les familles monoparentales qui profitent le plus de cette aide.

Effet de redistribution

Le système de l'assurance-maladie obligatoire présente toutefois un effet de redistribution significatif au profit des ménages les plus pauvres. Les ménages les plus aisés contribuent plus aux RIP par le biais de l'impôt et reçoivent moins de prestations médicales à la charge de l'assurance-maladie obligatoire, souligne l'OFSP.

Les réductions sont appliquées différemment selon les cantons. Les dépenses par habitant varient entre 372 francs (Nidwald) et 991 francs (Bâle-Ville). La part des bénéficiaires se situe entre 19% (Lucerne) et 35% (Schaffhouse).

La contribution des cantons aux réductions continue de diminuer depuis 2010. En 2017, les cantons ont pris en charge 42% des coûts, soit une baisse de 2% par rapport à 2014, et de près de 9% par rapport à 2010. Les réductions sont les plus élevées dans le canton des Grisons, suivi de Zoug, du Tessin, de Vaud et de Bâle-Ville. Elles sont les plus basses dans le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Peuplus le 06.12.2018 12:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La réalité est effrayante.

    Moi je paye plus rien, je n'arrive plus à payer quoi que ce soit. J'essaie juste de "remplir" le frigo, pour pas crever de faim. J'essayerai de payer une ou deux factures pour ne pas me retrouver à la rue ou sans téléphone, car sans téléphone, c'est encore pire pour retrouver du travail ou être atteignable. Depuis que je suis sortie d'école jusqu'à l'âge de 40 ans à peu près, j'ai essayé de faire tout juste, devoir militaire, impôts etc. Je me donner toutes les peines pour essayer de suivre, entre ce que je gagnais et ce que je devais payer. J'y suis arrivée plus ou moins en me serrant la ceinture en fin de mois (dès le 05 ) et arriver a tourné juste juste en payant tout, impôts, assurances etc. Enfin,... en essayant d'être le plus juste possible et pour info je suis Suisse. Mais là ce n'est plus possible, j'accumule des poursuites et j'ai peu d'espoir en l'avenir. Mais le pire, c'est que la plupart des gens autour de moi, se retrouve dans la situation que je connaissais avant où j' arrivais tout juste à boucler les fins de mois, alors que ces gens faisait partie de la classe moyenne sup. Ça va très très mal et ça va pas aller mieux en Suisse. Les riches s'enrichissent et les pauvres s'appauvrissent, la différence et de plus en plus frappante. La classe moyenne est en train de disparaître. Bientôt, il y aura que des riches et des pauvres, les différences sont de plus en plus marquées .

  • Philos le 06.12.2018 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    indice très fort de pauvreté

    Cette information permet également d'affirmer qu'un quart des suisses ont des problèmes de boucler leur fin de mois. Dans le cas contraire, il n'y aurait pas besoin de les aider. C'est énorme pour un pays qu'on qualifie de riche. Mon interprétation: la richesse est certainement là, mais très mal répartie. Est-ce normal car tous les pauvres ne sont pas des paresseux, bien au contraire.

  • Danielle K. le 06.12.2018 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on doit commencer la révolte

    ....faut déjà commencer par considérablement diminuer les salaires de ces chefs dirigeants des assurances. Ceci est scandaleux... par contre pour aider 1/4 des gens, c'est de nouveau les autres qui paient....le peuple du milieu paie pour les riches et pour les pauvres....ceci doit être stoppé! Les riches encaissent beaucoup trop, voilà pourquoi ceux du milieu doivent aider les pauvres...

Les derniers commentaires

  • Phenix le 07.12.2018 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    Encore un titre qui ne veut rien dire! Car dedans comme d'habitude sont sortis des statistiques, les personnes à l'AI, au home, au social, au chômage, émigrés, etc Donc encore une statistique faussée Il y en a bien plus que ça La caisse maladie est beaucoup trop cher, elle représente jusqu'à 40% du revenu pour une famille adulte

    • L'heure du café le 08.12.2018 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Phenix

      Et ben, moi j'ai 40% d'assurances mal, cela fait 40 ans que je paie 1compl, et c'est pas auj, que je vais l'arrêter, 39% de loyer, sur la Côte, comment faire??? La réponse: vendez votre voiture, et habiter dans votre appartement...ok, juste que mon locataire, ne paie pas son loyer depuis la Saint-Glinglin et il s'en fout. Quant à ma voiture, elle me sert pour garder ma maman chez elle, qui n'habite pas chez moi, mais à 4km, après 45 ans de travail,je trouve cela ignoble. Les fourmis qui n'ont pas bossés sont plus gâtées??? Merci 20 min de passez ce message.

  • Valmont le 07.12.2018 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui ...

    Il fait qu'ils arrêtent de les augmenter sans cesse. Si les primes étaient plus raisonnables ont pourrait les payer sans aide !

  • Kafka le 07.12.2018 14:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Public au service du Privé

    Payer les assureurs avec nos impôts, quelle absurdité !

  • John Gilles le 07.12.2018 14:11 Report dénoncer ce commentaire

    se réveiller il doit

    Il va falloir remettre l'église au milieu du village comme ont disait avant quand c'était mieux quoi qu'en pense les bébés 2000. Ca commence en France et c'est pas fini. Les capitalistes mondialistes se sentent tout puissant et n'ont plus aucune retenue et ne se cachent même plus.

    • Lucas le 14.12.2018 15:43 Report dénoncer ce commentaire

      @John Gilles

      Les assurances ne prennent même plus la peine de justifier l'augmentation des primes depuis les votations sur la caisse unique, vous avez remarqué ? Avant, ils trouvaient une excuse chaque année, avec moultes chiffres à l'appui. Maintenant, ils ne se donnent même plus la peine !

  • SuisRicheYoupie le 07.12.2018 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse riche, vraiment ?

    Les richesses sont mal réparties, les riches toujours plus riches et les pauvres... la classe moyenne qui n'existe plus, ben, elle, demande de l'aide pour sa caisse maladie, voilà tout ! Entre les impôts, le loyer, la nourriture et bien sûr les caisses maladie, bon nombre de suisses ne font pas ou plus les malins à la fin du mois. Ils arrivent au 10 du mois et doivent tirer la langue. De plus en plus de personnes ne mangent plus à leur faim, des familles qui n'y arrivent plus non plus. La pauvreté prend de l'ampleur. La Suisse riche ? Pour qui ? Ceux qui en ont déjà ?

    • L'heure du café le 08.12.2018 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @SuisRicheYoupie

      En tous cas pas pour nos chers conseillers.