Armée suisse

12 novembre 2018 11:05; Act: 12.11.2018 11:35 Print

«Orgie à l'Appenzeller» passée sous note de frais

Un rapport d'audit sur les dépenses des membres haut placés de l'armée démontre notamment que les compagnes de certains officiers ont été transportées en Valais en Super Puma pour assister à un souper.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Fin 2016, la suspension provisoire d'Andreas Stettbacher avait fait beaucoup parler d'elle. Le médecin-chef de l'armée avait été épinglé pour un repas de Noël organisé pour une trentaine de personnes et coûtant près de 15'000 francs. Cette somme avait ensuite été déclarée comme note de frais. Interrogé à ce sujet en août 2017, il s'était défendu et avait révélé une habitude généralisée de la part des hauts cadres à ne pas trop faire attention aux dépenses lors des sorties de travail.

C'est ce que révèle lundi un rapport d'audit, rendu public par la cellule d'enquête de Tamedia et le quotidien «La Liberté». A en croire les différents journaux alémaniques et romands ayant publié le contenu de ce document, l'armée a refusé pendant plusieurs mois de remettre le rapport à la presse. Invoquant la loi sur la transparence dans l'administration, celle-ci a finalement eu droit de l'obtenir.

Golf et nuitée à Crans-Montana

On apprend ainsi qu'en juin 2017 les compagnes de dix-huit officiers généraux ont été héliportées en Super Puma en Valais. Tout ce beau monde a soupé et dormi à Crans-Montana avant de participer le lendemain à une initiation au golf. Selon «24 heures», une heure de vol avec un Super Puma coûte 10'900 francs. «Rien que pour l'aller, depuis Dübendorf, Emmen, Berne, Payerne et Lausanne, où les épouses ont été récupérées, plusieurs heures de vol ont été nécessaires», poursuit le journal. Si les partenaires ont bel et bien contribué à hauteur de 100 francs «aux festivités», la somme ainsi récoltée n'a pas été suffisante pour couvrir les 7007 francs pour le repas, l'hôtel, la visite du lac souterrain de Saint-Léonard et l'initiation au golf. Le séjour en Valais a été organisé par le chef de l'armée Philippe Rebord. Lorsqu'il a été interrogé à ce sujet, il avait justifié le transport des compagnes en Super Puma par le fait que les pilotes d'hélicoptères doivent de toute manière effectuer des heures de vol. Il avait assuré qu'ils n'ont «pas volé une seconde supplémentaire».

Lors de son interrogatoire en août 2017, Andreas Stettbacher avait aussi fait état d'une «orgie à l'Appenzeller-Bitter», lors d'un séminaire organisé à Elm (GL). Selon le médecin-chef, une partie des participants étaient si bourrés qu'ils ne parvenaient presque plus à parler.

Nouveau règlement

A la suite de ces déclarations, le conseiller fédéral et ministre de la Défense Guy Parmelin avait réintégré le médecin-chef et ordonné l'audit dont la presse se fait l’écho ce lundi matin.

Au vu du rapport d'audit, le Département fédéral de la défense (DDPS) a édicté un nouveau règlement, qui explique ce qui est admis et ce qui ne l'est pas pour les soirées organisées par les cadres. Selon ces directives, la virée en Valais, organisée en juin 2017 par Philippe Rebord, est désormais interdite.

(ofu)