Argovie

21 octobre 2019 20:32; Act: 22.10.2019 06:28 Print

Une candidate au Conseil national agressée à la gare

La politicienne Nancy Holten a été victime d'une agression verbale et physique dimanche soir. Malgré la présence de quelques témoins au moment des faits, personne n'a daigné réagir.

storybild

(Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

La militante et candidate argovienne au Conseil national Nancy Holten a été agressée à la gare de Frick (AG) dimanche soir. «J'ai passé la soirée à Bâle, puis j'ai pris le train pour rentrer. Là, j'ai remarqué un groupe d'hommes et de femmes qui portaient des maillots de football et qui étaient manifestement ivres», raconte-t-elle.

La membre du Parti Pirate et le groupe quittent alors le train à la gare de Frick. «Ils m'ont reconnue et m'ont insultée», explique la politicienne. L'un des hommes, particulièrement grand, s'est approché d'elle et la situation a dégénéré. «J’ai fait une erreur: j'ai sorti mon portable et j'ai pris des photos de lui.»

«Soudain, je me suis retrouvée seule avec lui»

L'homme, vraisemblablement paniqué, lui a ensuite arraché son portable des mains et s'est enfui. Nancy Holten s'est immédiatement mise à sa poursuite. «Il devait y avoir 30 à 40 personnes à la gare. J'ai donc appelé au secours. Mais personne ne m'a aidée», précise-t-elle.

L'homme a néanmoins été arrêté par un chauffeur de bus. L’assaillant a alors demandé à la candidate suisse d'origine néerlandaise de supprimer immédiatement toutes ses photos, ce qu’elle a fait sous ses yeux. «Le chauffeur a ensuite dû retourner dans son bus, et soudain je me suis retrouvée seule avec mon agresseur. Il m'a à nouveau insultée et m'a dit de quitter le pays et de la fermer. Puis, soudain, il m'a prise par le bras et m’a secouée. Cela a duré quelques minutes. J’ai crié à l'aide. J'ai supplié les gens qui se tenaient près de moi de m'aider, mais personne n'est venu.»

«Qu'est-il arrivé au courage civique dans notre pays?»

Le chauffeur de bus est à nouveau intervenu, sommant l’homme de lâcher sa victime.

Finalement l’homme, qui avait déjà eu des antécédents avec les autorités, a pu être identifié par la police. «Si cela n'avait pas été le cas, on ne l’aurait certainement jamais identifié. Je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas de caméras de surveillance dans toutes les gares. Je suis tout à fait en faveur de ce type de surveillance, y compris pour protéger les femmes.»

Nancy Holten ne sait pas encore si elle portera plainte contre son agresseur. Mais ce qui l'a le plus choquée, c'est l’inaction des témoins: «Quand j'ai appelé à l'aide, tout le monde regardait. Qu'est-il arrivé au courage civique dans notre pays?»

Les autorités cantonales argoviennes ont confirmé avoir été appelées dimanche soir. Le rapport de police stipule qu’une intervention a eu lieu à la suite d'une dispute entre une femme et un groupe d’individus. Personne n'a été blessé et aucune plainte n'a été enregistrée. Par conséquent, aucune enquête n’est en cours pour le moment.

(doz/vsm)