Lausanne

18 février 2011 12:07; Act: 18.02.2011 16:55 Print

Une épidémie frappe le CHUV

Le CHUV doit diminuer temporairement sa capacité d'accueil suite à l'apparition d'une bactérie contagieuse.

Sur ce sujet
Une faute?

Le CHUV doit diminuer temporairement sa capacité d'accueil. L'hôpital à Lausanne est aussi touché par l'épidémie d'entérocoques résistant à la vancomycine (VRE) qui a sévi à Payerne (VD). La normalisation de la situation prendra des semaines.

La direction du CHUV a décidé jeudi de prendre des mesures suplémentaires pour éviter que la bactérie qui résiste aux antibiotiques «ne s'implante dans l'hôpital», a expliqué vendredi le professeur Giorgio Zanetti du Service de médecine préventive hospitalière. Six patients sont porteurs de la bactérie et 38 pourraient l'être.


Lente normalisation

La VRE, qui se trouve dans le tube digestif, n'a pas une pathologie très virulente. Les infections sont rarement sévères, mais ça peut arriver, a poursuivi le professeur. Autant dire qu'il faut agir sans tarder afin d'éviter que la situation ne prenne de l'ampleur.

Le CHUV ne veut pas non plus «perdre du terrain» dans la résistance aux antibiotiques, selon Giorgio Zanetti. Dans le meilleur des cas, la normalisation de la situation prendra «au minimum deux semaines», estime le professeur.

Pour lutter contre l'épidémie, le CHUV a décidé de pas accepter de nouvelle admission dans l'ensemble du 15ème étage, secteur nord. Il reporte les opérations non urgentes des services de chirurgie viscérale, thoracique et d'urologie qui ne présentent pas une pathologie oncologique ou qui ne nécessitent pas les plateaux techniques du CHUV.


Lits supplémentaires

Les patients qui n'ont pas besoin de ces installations sont transférés vers les autres hôpitaux du canton. Les urgences chirurgicales restent toutefois assurées et les patients seront hospitalisés au 15ème étage secteur sud uniquement. Des ouvertures de lits supplémentaires dans les autres services de chirurgie sont prévues.

«Les chambres seront nettoyées au fur et à mesure» qu'elles se libèrent, a déclaré Jean-Blaise Wasserfallen, directeur médical du CHUV. Deux tiers des 35 opérations prévues la semaine prochaine en chirurgie viscérale sont reportées, a précisé Nicolas Demartines, directeur de ce service au CHUV. Les petites interventions de courte durée sont les plus touchées.


Suisse épargnée

Une situation de cette ampleur est une première pour le CHUV qui peut compter sur la solidarité des autres établissements vaudois ainsi que des cliniques. En dix ans, l'hôpital a connu trois cas isolés de patients infectés par la bactérie VRE.

La Suisse comme la France sont des pays épargnés par le fléau alors que les pays critiques sont le Royaume-Uni, l'Irlande et la Grèce. Pour les visiteurs du CHUV, l'hôpital ne décourage pas de venir à cause de l'épidémie mais demande de respecter les consignes mises en place. Ils ne risquent rien eux-mêmes.


Retour à la normale

Mardi, le département de chirurgie de l'Hôpital intercantonal de la Broye (HIB) à Payerne a repris progressivement ses activités. Il était en alerte depuis deux semaines à cause de la bactérie VRE. Elle se serait développée après qu'un patient a été soigné au HIB en décembre 2010 pour une infection urinaire.

(ats)