Saint-Gall

27 janvier 2020 21:18; Act: 27.01.2020 21:45 Print

Une fausse pharmacienne trahie par une promotion

Une femme a été condamnée mi-janvier par la justice saint-galloise pour avoir falsifié un diplôme universitaire. Durant de nombreuses années, son employeur et ses collègues ne se sont doutés de rien.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

«Elle était une employée modèle... même sans diplôme. On voulait même lui accorder une promotion!» Interrogée lundi par «Blick», une Alémanique de 68 ans défend sa fille. Celle-ci vient d'être condamnée via ordonnance pénale par la justice saint-galloise pour escroquerie et violation de la loi sur la santé publique. Elle a écopé d'une peine pécuniaire de 100 jours-amende à 120 francs ainsi que d'une amende de 1200 francs.

Son délit? Après avoir raté ses examens finaux à l'Université de Bâle, elle a falsifié un diplôme de pharmacienne. «Je n'ai pas eu le courage d'avouer à mes parents que j'avais raté mes examens», avoue-t-elle au quotidien alémanique. Elle a ensuite travaillé pendant plus de sept ans dans une pharmacie d'un centre commercial de Saint-Gall. Durant tout ce temps, elle a conseillé les clients et remis des médicaments sous ordonnance sans que personne se rende compte de quoi que ce soit.

Virée avec effet immédiat

La tromperie a été révélée au grand jour l'an dernier, confirme le pharmacien cantonal saint-gallois Urs Künzle. Ironie du sort: l'Alémanique a été démasquée parce que son supérieur voulait lui accorder une promotion. «Après avoir reçu une demande d'autorisation pour une pharmacienne suppléante, nous avons réalisé que cette personne n'était pas inscrite dans le registre des professions médicales», explique Urs Künzle. Les vérifications qui ont suivi ont alors révélé que la trentenaire ne disposait d'aucun diplôme de pharmacienne et que celui-ci avait été falsifié.

La chaîne de pharmacies qui a employé la prévenue durant tout ce temps assure que la trentenaire a été virée avec effet immédiat après avoir été mise au courant de l'escroquerie. Elle ignore si des clients ont été mal informés: «Pour l'heure, rien ne nous a été signalé dans ce sens.»

«C'est mon existence qui est en jeu»

De son côté, la fausse pharmacienne ne compte pas baisser les bras et espère pouvoir exercer un jour son métier en toute légalité. «Je suis en train de m'informer pour savoir si je peux rattraper mes examens. C'est mon existence qui est en jeu.»

(ofu)