Tessin

18 juillet 2014 13:12; Act: 18.07.2014 16:13 Print

Une fenêtre à bébés pour les mères en détresse

Inaugurée vendredi au Tessin, elle a été installée à l'hôpital «San Giovanni» à Bellinzone pour les mères en détresse qui veulent déposer anonymement en lieu sûr leur petit.

storybild

En Suisse, les abandons de nouveau-nés sur la place publique sont rares (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Cet établissement a été choisi pour sa médecine spécialisée pour les enfants.

C'est aussi l'hôpital public qui pratique le plus d'accouchements au Tessin, a indiqué vendredi l'association des hôpitaux tessinois. Les coûts de cette boîte à bébés sont pris en charge par l'Aide suisse pour la mère et l'enfant (ASME), une organisation opposée à l'avortement.

Elle gère déjà quatre autres fenêtres à bébés en Suisse, à Einsiedeln (SZ), Davos (GR), Olten (SO) et Berne. Une autre existe à Zollikon (ZH) mais ne dépend pas de l'ASME. Cette structure permet de déposer anonymement le nouveau-né dans une boîte à clapet, chauffée, encastrée dans l'établissement hospitalier.

La mère a ensuite le temps de s'éclipser avant que le personnel hospitalier soit automatiquement alerté pour prendre soin du bébé. L'enfant est ensuite proposé pour l'adoption, mais les parents disposent d'un délai pour récupérer leur rejeton s'ils changent d'avis.

Abandon rare

En Suisse, les abandons de nouveau-nés sur la place publique sont rares mais chaque cas suscite l'émotion, écrit l'association des hôpitaux. Au Tessin, une affaire a notamment marqué les esprits: l'an dernier, en janvier, une mère avait abandonné son nourrisson dans une voiture. Selon le ministère public, elle voulait s'en débarrasser. La police avait sauvé le nouveau-né en état d'hypothermie.

A Einsiedeln, où la première fenêtre à bébés a été installée, neuf nouveaux-nés ont été déposés anonymement depuis 2001. La structure ouverte l'automne dernier à Berne a déjà accueilli un enfant.

Ces boîtes à bébés ne vont toutefois pas de soi. Dans le canton de Thurgovie par exemple, le Grand Conseil a nettement rejeté une motion demandant l'ouverture d'une place. La majorité a estimé entre autres qu'une telle structure envoyait un faux signal: une naissance sans encadrement professionnel met en péril la santé de la mère et de l'enfant.

(ats)