Suisse

30 septembre 2018 14:47; Act: 30.09.2018 16:39 Print

Une ado victime de sexting finit par se suicider

Un Suisse comparaîtra bientôt devant la justice zurichoise pour avoir incité une ado finlandaise à lui envoyer des photos d'elle nue avant de les publier sur un site porno. La mineure s'est donné la mort en été 2017.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Le tragique destin d'une Finlandaise de 14 ans sera le centre d'un procès qui s'ouvrira dans quelques semaines dans le canton de Zurich. L'histoire, qui n'a jusqu'à présent pas été rendue publique, a débuté en automne 2016, écrit le «Zürcher Oberländer».

Un habitant d'Uster (ZH), alors âgé de 28 ans, est entré en contact avec la fille via un site internet. Les deux ont rapidement commencé à s'écrire tous les jours. Selon le Ministère public zurichois, l'homme a envoyé à la mineure au moins deux dizaines de photos de lui nu. En échange, il a demandé à ce que la fille fasse de même.

Photos publiées sur le Net

Au début, l'adolescente s'est montrée réticente. Mais le Suisse a tellement insisté qu'elle a fini par céder. C'est ainsi que les deux se sont adonnés au sexting, soit l'envoi d'images érotiques ou pornographiques par téléphone portable ou ordinateur. La mineure était alors loin de se douter que son «ami» suisse allait prendre ces photos pour les publier sur un site porno. Pire encore, avec son nom complet.

Après avoir découvert le pot-aux-roses, l'adolescente a supplié le Zurichois d'effacer le contenu. Elle a même menacé de se faire du mal s'il ne s'exécutait pas. Mais le jeune homme ne l'a pas prise au sérieux et est même allé encore plus loin. Il a menacé de faire parvenir les photos à ses parents si elle ne lui en envoyait pas encore davantage. Il l'a aussi poussée à se déshabiller devant sa webcam et à s'insérer des objets dans le vagin.

Trouble du développement

Au fil du temps, l'ado est devenue si terrorisée qu'elle ne savait plus quoi faire. Le Zurichois lui avait notamment raconté qu'il avait déjà violé une mineure de 13 ans.

Le Ministère public est convaincu que la «Finlandaise craignait qu'il vienne la trouver pour lui faire du mal». «Pour ces raisons tout comme pour d'autres raisons, les problèmes psychiques de la mineure, qui souffrait d'un trouble du développement, se sont accentués jusqu'à ce qu'elle se suicide en été 2017», peut-on lire dans l'acte d'accusation.

Suicide pas pris en compte

La justice zurichoise reproche au jeune homme d'avoir profité de l'adolescente en la traitant comme un objet sexuel. Le procureur demande une condamnation pour contrainte sexuelle, contrainte, actes d'ordre sexuel avec un enfant et pornographie illicite.

En revanche, le suicide de la Finlandaise n'a pas été pris en compte. Pourquoi? Parce qu'aucun lien direct n'aurait été trouvé entre ces faits et le suicide. Questionné à ce sujet par le journal alémanique, le Ministère public n'a pas voulu s'exprimer sur l'affaire.

(ofu)