Suisse

25 avril 2019 11:35; Act: 25.04.2019 11:35 Print

Une jeune fille sur quatre pourrait atteindre 100 ans

Selon l'Office fédéral de la statistique, les Suisses ont la plus haute espérance de vie au monde après les Japonais.

storybild

De génération en génération, les centenaires perdent leur exclusivité. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les résidents suisses ont l'une des plus hautes espérances de vie au monde, après les Japonais. Les garçons et les filles nés en 2017 devraient vivre en moyenne 81,4 ans, respectivement 85,4 ans. Une femme sur quatre de cette génération pourrait souffler 100 bougies.

Les hommes rattrapent petit à petit leur retard. Les garçons de 1997 avaient, à leur naissance, une espérance de vie de 76,3 ans, soit 5,8 ans de moins que les filles nées la même année, communique jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les petits gars nés dix ans plus tard devraient atteindre 79,4 ans, respectivement 84,2 pour les fillettes, soit encore 4,8 ans d'écart. Et pour la génération née en 2017, celui-ci ne devrait être que de 4 ans.

De génération en génération, les centenaires perdent leur exclusivité. Pour le millésime 1917, seul 0,4% des hommes et 1,7% des femmes ont atteint cet âge à trois chiffres. Ce taux passe à 4%, respectivement 11% pour la génération 1967. Et pour les bébés nés en 2017, ils devraient être 15% d'hommes et 26% de femmes à fêter en 2117 un anniversaire rond.

Près de 50 ans de plus

La durée de vie moyenne des différentes générations a régulièrement augmenté. Les personnes nées en 1917 vivent 20 ans de plus que celles qui avaient vu le jour en 1876. Les hommes fêtaient leurs 63 ans (43 ans pour ceux nés en 1876) et les femmes leurs 70 ans (47 ans pour la génération précédente).

Cette évolution est due en grande partie à la baisse de la mortalité infantile et au recul, à tous les âges, du nombre de décès dus aux maladies infectieuses. La diminution des maladies cardiovasculaires permettra à la génération 1967 de vivre jusqu'à 82, respectivement 87 ans. Si cette évolution de la mortalité se poursuit, les enfants nés en 2017 souffleront 91 et 94 bougies, en moyenne.

(nxp/ats)