Votations du 25 novembre

12 octobre 2018 06:56; Act: 12.10.2018 06:56 Print

Une large majorité pour la surveillance des assurés

Actuellement, 67% des Suisses comptent accepter la base légale souhaitant accorder le droit aux assurances sociales de faire surveiller des clients en cas de doutes concrets de fraude. C'est ce qui ressort d'un sondage Tamedia.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les dernières votations sont à peine passées que les Suisses doivent d'ores et déjà s'informer sur les prochains trois objets soumis au peuple. Le 25 novembre, il devra se prononcer sur l'initiative UDC pour l'autodétermination, l'initiative pour les vaches à cornes et la base légale pour la surveillance des assurés.

A en croire la 1re vague du sondage Tamedia, éditeur de «20 minutes», la situation ne s'annonce pas bonne pour le texte du parti agrarien. En effet, 53% des votants comptent rejeter l'initiative contre 45% qui souhaitent l'accepter. Le camp des indécis est relativement petit avec 2%.

Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen notent que sur ce coup-là, l'UDC se retrouve, sans grande surprise, seule contre tous les autres partis. Seuls les électeurs du parti de droite acceptent l'objet (92% de oui). Les sympathisants de tous les autres partis s'y opposent clairement.

Un petit Röstigraben semble par ailleurs se former entre la Suisse italienne et le reste du pays. Actuellement, 58% des votants italophones comptent glisser un oui dans l'urne. En revanche, les habitants des autres régions linguistiques rejettent le texte (53% de non en Suisse alémanique et 52% de non en Suisse romande).

L'initiative UDC pour l'autodétermination demande que la Constitution fédérale suisse prime sur le droit international avec exception des règles impératives du droit international, comme l’interdiction de la torture, du génocide et de l’esclavage.

La nouvelle base légale pour la surveillance des assurés a quant à elle beaucoup plus de chance de passer la rampe le 25 novembre prochain. Une large majorité de 67% dit vouloir l'accepter. Seuls 30% s'y opposent et 3% ne savent pas encore comment voter. Les électeurs du PS (61% de non) et des Verts (59% de non) sont les seuls à s'y opposer. Les femmes (63% de oui) sont par ailleurs moins nombreuses à vouloir accepter la base légale que les hommes (70% de oui).

L'argument en faveur de la base légale qui convainc le plus grand nombre (43%) est celui selon lequel combattre efficacement les cas de fraude est dans l’intérêt des assurés honnêtes qui, dans le cas contraire, pourraient tout aussi bien être soupçonnés.

La nouvelle base légale veut accorder le droit aux assurances sociales telles que l’assurance invalidité (AI) ou la Suva de faire surveiller des assurés en cas de doutes concrets de fraude.

Pour finir, l'initiative pour les vaches à cornes semble elle aussi convaincre une majorité des votants (53% de oui et 39% de non).

Elle est tant acceptée par les électeurs du PS (61% de oui) et des Verts (73% de oui) que de ceux de l'UDC (55% de oui). Les politologues notent cependant que de nombreuses personnes sont encore incertaines quant à leur intention de vote puisque le camp des «plutôt oui» et «plutôt non» est relativement élevé.

L'initiative pour les vaches à cornes souhaite que les détenteurs de vaches ou de chèvres adultes touchent une contribution financière si les animaux possèdent toujours leurs cornes.

Quelques informations sur le sondage

La 1re vague du sondage en ligne a été réalisée entre le 8 et le 9 octobre sur les sites des différents titres de Tamedia. Pas moins de 14'513 personnes issues de toute la Suisse y ont participé. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge d'erreur est de 1,4%.

(ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aloïs Foutriquet le 12.10.2018 07:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'exemple des dirigeants

    A quant une base légale pour surveiller de la même façon nos politiciens? Un pays dirigé par des gens honnêtes et vertueux serait un exemple et une voie à suivre.

  • DATA le 12.10.2018 07:11 Report dénoncer ce commentaire

    Et les prestataires ?

    Les médicaments sont trois fois plus cher qu'à l'étranger, les médecins font ce qu'ils veulent et c'est les patiens uniquement que l'on contrôle ? Ils est urgent de rééquilibrer le pouvoir a Berne !

  • bounch le 12.10.2018 07:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    non et non

    Il faut arrêter de donner toujours plus de droit aux assurances ¡! elles veulent uniquement nous contrôler et faire plus de bénéfices ! Sans parler de notre liberté !!!

Les derniers commentaires

  • ariane Deberg le 13.10.2018 18:49 Report dénoncer ce commentaire

    Non aux privés.

    Pour certain sur ce forum: autant dire que ca n'a rien a voir avec votre slogan ''rien à cacher'' prenez du recul, vous verrez que des enquêteurs privé, payé par les assurances ne seront pas objectif.. le juge et parti ne peut fonctionner. Autre problème: c'est l'effacement des données qui ne seront pas automatiques.. même pour des gens qui n'ont rien a ce reprocher..

  • roberto le 13.10.2018 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    OUI A LA SURVEILLANCE

    Avez-vous quelque chose a cacher ? c'est se qui me fait penser pour les gens qui sont contre la surveillance. Je suis a 100% x 100 pour une surveillance, trop c'est trop, un nombre toujours croissant de personne qui croient que notre argent est mieux dans leur poche vont avoir mal a se défendre, leur train de vie est trop visible .

    • ariane deberg le 13.10.2018 18:48 Report dénoncer ce commentaire

      non à la surveillance.

      autant dire que ca n'a rien a voir avec votre slogan ''rien à cacher'' prenez du recul, vous verrez que des enquêteurs privé, payé par les assurances ne seront pas objectif.. le juge et parti ne peut fonctionner. autre problème: c'est l'effacement des données qui ne seront pas automatiques.. même pour des gens qui n'ont rien a ce reprocher..

    • airanne/deberg le 13.10.2018 18:54 Report dénoncer ce commentaire

      non à la surveillance

      autant dire que ca n'a rien a voir avec votre slogan ''rien à cacher'' prenez du recul, vous verrez que des enquêteurs privé, payé par les assurances ne seront pas objectif.. le juge et parti ne peut fonctionner. autre problème: c'est l'effacement des données qui ne seront pas automatiques.. même pour des gens qui n'ont rien a ce reprocher..

  • Spirou le 13.10.2018 15:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sondage !

    Ce qui me plaît dans ce sondage c'est que l'on peut encore considérer qu'il y a une forte majorité de gens honnête dans ce pays où certains partis politiques qui veulent nous gouverner défende la malhonnêteté....

  • Sanstête le 13.10.2018 15:02 Report dénoncer ce commentaire

    A bon entendeur

    Augmentations des primes dassurance pour assurer les bénéfices car il faut couvrir les coûts dune nouvelle organisation, des privés et leur joujoux (Drôme, appareil de photos), des procès des recours. Ensuite augmentations des personnes au social. Alors augmentations des impôts. Tout ce pataquès ne sert à rien pour chercher les 1% de tricheurs et cest plus cher. Il suffit que lassistance porte plainte et que la police fasse le travail. Et les privés en place démontre une politique que lon retrouve dans les pays totalittaires.

  • Vérité, Une le 13.10.2018 11:43 Report dénoncer ce commentaire

    Ça nous rassure pas...

    Surveillance physique et numérique. Les derniers remparts à abattre avant le pouvoir total. Un bel enclos, une pelouse semi-haute, un troupeau heureux ! Que demande le peuple ? De bien surveiller que personne n'approche l'enclos... A part ceux chargés de rapporter du "bon" risque. Pas de bêtes malades, que des champions sans défauts. Dans une pub française, on nous parle d'assureur-militant. Hahaha, nous on a des assureurs-éleveurs ! Le plus fous dans tout ça, c'est l'obligation constante d'être une bête au top. Sinon, hors de l'enclos !