Apprentissage

22 septembre 2019 09:51; Act: 22.09.2019 23:07 Print

Une maçonne travaillant en Suisse? Une denrée rare

Les 20 apprentissages les plus populaires en Suisse ont été passés au crible. Une étude montre ainsi que les stéréotypes liés à certains métiers ont la vie dure.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré l’émergence de mouvements comme #MeToo ou la grève des femmes, une nouvelle analyse de l’institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) montre que pratiquement aucune femme en Suisse ne commence un apprentissage de maçon. A l’inverse, les formations d’assistants médical et dentaire ne sont pas très prisées chez les hommes. Seul 0,64% des apprentis maçons ayant commencé leurs formations en 2016/2017 étaient des femmes.

Les hommes, eux, ne représentaient que 1,11% de tous les apprentis assistants dentaires et seulement 0,94% des apprentis assistants médicaux. Les 20 apprentissages les plus populaires en Suisse ont été examinés en fonction de leur proportion d’hommes et de femmes. Il a été constaté que dans plusieurs professions, telles que les soins spécialisés ou l’informatique, la part d’hommes et de femmes est plutôt déséquilibrée.

Nos collègues de 20 Minuten ont rencontré trois apprentis qui rompent avec le modèle des genres dans la formation professionnelle.

Toujours entouré de femmes

Abishann Rasamuthu (21 ans) est dans sa deuxième année de formation comme assistant dentaire. «Quand je suis allé voir de quoi il s’agissait, j'ai vu que cette profession exigeait beaucoup de réflexion et de connaissances». Cela avait éveillé son intérêt. Et il apprécie également le contact avec le personnel et les patients. Avant de commencer son apprentissage, il ne pensait même pas au fait que presqu’aucun homme ne choisissait ce métier. «Ce n'est qu'au début de l'année que j'ai réalisé qu'il n'y avait que des femmes.»

Mais Rasamuthu, lui aussi, n'a jusqu'à présent connu que des réactions positives par rapport à son choix de carrière au travail, à l'école et dans son environnement privé. A l'école, c'est tout à fait normal, «comme avec d'autres collègues», dit le Bernois habitant Köniz. Ses amis le respectent aussi pour son travail : «Ils disaient souvent : Wow, tu es toujours entouré de femmes. C'est le paradis!»

Dehors parmi les hommes


Nadja Büttiker (25 ans) a terminé son apprentissage de maçon il y a un an, ce qui fait d'elle une femme unique en Suisse. «J'ai toujours voulu faire quelque chose avec mes mains en extérieur.» La jeune femme de Mosnang (SG) a d'abord fait un apprentissage d’horticultrice. Durant la saison hivernale plutôt calme, elle a été autorisée à travailler sur des chantiers, sans savoir grand-chose à ce sujet. Puis, elle s'y est habituée et a décidé de poursuivre un autre apprentissage en tant que maçon.

«Je savais que peu de femmes font cette formation.» Probablement parce qu'elle est encore souvent considérée comme réservée aux hommes. Parfois, elle remarquait qu’avec la force de ses doigts et la taille de ses mains, elle ne pouvait pas entreprendre les mêmes tâches que ses collègues. Néanmoins, ces derniers pensent qu’une femme peut occuper ce poste. Si quelqu'un est présent sur place, Nadja peut toujours demander de l'aide. Et elle ajoute: «Le langage familier est logiquement un peu plus cru qu'au bureau. Mais ce n'est pas un problème.»


Seul homme en formation

Yannick Gresch (18 ans) est en deuxième année en tant qu'assistant médical. L'apprenti, qui vit à Thusis (GR), trouve son enseignement extrêmement varié : «Je suis toujours enthousiaste concernant le métier. Chaque jour, on apprend de nouvelles choses». Il savait déjà qu'il n'y avait pas beaucoup d'hommes dans cette profession. «Mais déjà après une semaine, je me suis habitué au fait d’être entouré uniquement de femmes.»

Le fait que si peu d'hommes deviennent assistants médicaux est doublement justifié à son avis : «D'une part, ce métier est encore considéré comme un métier féminin. Et puis il y a aussi très peu d'apprentissages d’assistant médical, ce qui peut dissuader encore plus les candidats masculins». C'est pourquoi son école est très heureuse de pouvoir l'envoyer au salon des métiers en tant que représentant masculin.

Distribution rigide

Il est fondamentalement difficile de modifier la répartition des sexes, explique Lars Hering, responsable du Centre de l’orientation professionnel à Bâle. Il cite quatre raisons à cela: «Il y a un manque de modèles qui sont actifs dans les professions concernées. Difficile de décider dans quelle voie professionnelle se diriger à la fin de la puberté. En effet, c'est un âge difficile pour choisir un travail atypique. C'est pourquoi on choisit plutôt une formation qui est bien reçue par les amis et la famille.»

«Les hommes, plus forts en général, sont aussi plus aptes à occuper des emplois physiquement exigeants, comme celui de maçon. En outre, certains employeurs - mais aussi des clients - ont tendance à associer un sexe à un emploi. Par exemple, certains dentistes préfèrent avoir une femme à leurs côtés comme assistante. Et les clients trouvent souvent les femmes plus attentionnées. Je doute cependant que dans des métiers extrêmes comme celui de maçon, un tel changement se produise dans les prochaines années.»

Selon Hering, le processus de changement pourrait certainement être accéléré. Il cite comme exemple les manuels scolaires qui font encore de nombreuses différenciations, mais les présentations des formations dans les écoles sont encore un meilleur moyen pour faire évoluer les mentalités.

(ihr/dka)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jacques le 22.09.2019 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    La faute à qui.

    La faute à qui. Les orientations professionnels scolaires dénigrent les métiers manuels. Soit disant trop pénible, pas assez payés, il faut laisser ça au étrangers qui arrivent dans le pays . Et ça fait le beurre des patrons qui font de la sous enchère. La politique économique est très mal gérée. Chacun y va de son profit. Il n'y a plus de cohérence.

  • Le Bagnard le 22.09.2019 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui

    Tout comme celles travaillant sur des plateformes pétrolières, dans les industries lourdes, les haut-fourneaux. Toutes les utopies égalitaristes n'ont qu'un seul problème. La réalité.

  • Hélène D le 22.09.2019 10:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Maçon au feminin

    La nièce de mon mari a fait un apprentissage de maçon dans le canton de Neuchâtel il y a 46 ans . Elle a eu son Cfc avec des notes loin devant.

Les derniers commentaires

  • Ange 0 et Démon 1 le 23.09.2019 17:44 Report dénoncer ce commentaire

    Accessoires fournis...

    A donner charmante femme de 45 ans/120 kg fumeuse, alcoolique, maçon, camionneur, catcheur, boxeur, garagiste et très chiante... prévoir camionnette 10 m3 pour le ramassage... mes amis seront bien sur favorisé

    • Danielle Leonardi le 23.09.2019 18:42 Report dénoncer ce commentaire

      Maman d'une mécatronicienne

      J'oubliais que les hommes étaient si parfaits. Merci pour cette blague bien sexiste..... hahaha

    • Ange 0 et Démon 1 le 23.09.2019 23:59 Report dénoncer ce commentaire

      Le petit garçon

      Elle est pas sexiste elle vous rappel que les sont des enfants prisonnier dans un corps d'homme

  • Being le 23.09.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Différents intérêts

    Aucune mention sur les différences d'intérêts entre les femmes et les hommes. Elles ne sont pas seulement construites socialement, elles sont aussi présentes biologiquement. Les femmes s'intéressent aux personnes, en général, les hommes au matériel, en général. Dans les pays scandinaves où l'égalité d'opportunité est la plus poussée, où les barrières sociales sont le plus abaissées, les différences de choix entre les genres ne se réduisent pas, elles augmentent.

  • Roger le 23.09.2019 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    travail

    croyez vous qu'n étranger gagne moins qu'n suisse vous êtes à côté de la plaque, regardé leur façon de vivre vacances voiture maison eux ils savent vivre je les félicite

  • José o visiense le 23.09.2019 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un outre maçon puttugues hiiiiiii

    Elle est jolie c'est sur mais je connais bien plus belle. Mais pas maçonne. pompiste oui sans plomb svp

  • didi le 23.09.2019 07:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pffff

    ah 20 mn vous savez trouver les mots... une denrée rare.... idem pour vos articles utiles et non futiles...