Suisse

17 décembre 2017 08:51; Act: 18.12.2017 08:21 Print

Une procédure pénale contre Buttet est ouverte

Suite à la plainte déposée par l'ex-maîtresse du conseiller national, le ministère public valaisan a ouvert une procédure pour contrainte. Les faits sont passibles d'emprisonnement.

storybild

Yannick Buttet. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Nouvelle étape dans l'affaire Buttet: le Ministère public valaisan a ouvert la procédure pour contrainte, a indiqué le procureur général adjoint du Valais Jean-Pierre Greter. Selon le Code pénal, cette infraction est passible d'une amende ou d'une peine d'emprisonnement de trois ans au maximum.

Cette procédure fait suite à l'arrestation du conseiller national PDC dans la nuit du 18 au 19 novembre devant l'immeuble de son ex-maîtresse alors qu'il sonnait avec insistance à la porte d'entrée. Avant cela et à la suite de leur rupture, il l'aurait harcelée, la contactant jusqu'à 50 fois par jour par courriel, téléphone ou texto.

La révélation de cette affaire a libéré la parole de plusieurs parlementaires fédérales et journalistes. Samedi encore dans les médias, une demi-douzaine d'entre elles témoignaient anonymement, livrant des détails scabreux de son comportement, en particulier lors de soirées où le politicien apparaissait sous l'influence de l'alcool.

En cure de désintoxication

Yannick Buttet connaît ce problème d'alcool depuis plusieurs années et a décidé désormais de se faire soigner, a fait savoir son avocat Andreas Meili, cité dans Le Nouvelliste de samedi. Parallèlement, il a démissionné de plusieurs de ses fonctions, dont celle de vice-président du PDC suisse et de membre de la Société suisse des officiers. Lieutenant-colonel EMG, il a en outre été suspendu du commandement de son bataillon.

Le conseiller national s'est aussi retiré temporairement de son mandat à la Chambre du peuple, ainsi que de la présidence de sa commune de Collombey-Muraz (VS). Il est depuis aux abonnés absents.

Faisant suite aux nouvelles révélations de samedi dans les médias, son parti a renouvelé sa volonté de le rencontrer au plus vite, une fois que son état de santé le permettra.

(nxp/ats)