Suisse

06 janvier 2016 22:46; Act: 06.01.2016 22:46 Print

Uni: les «ghostwriters» ont toujours autant la cote

Un nombre croissant d'universitaires en Suisse engagent une tierce personne pour qu'elle rédige leurs travaux scientifiques. Consciente du problème, l'Uni de Saint-Gall vient de déposer plainte.

Sur ce sujet
Une faute?

Pas tous les travaux universitaires suisses sont issus de la plume de l'étudiant qui les rend au professeur. C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par l'émission «Rundschau» de la télévision alémanique SRF. Selon la chaîne, au moins 200 universitaires ont payé des tiers l'an dernier pour qu'ils écrivent leurs travaux.

Sondage
Avez-vous déjà fait appel à une tierce personne pour rédiger un travail universitaire?
8 %
2 %
79 %
11 %
1640 participants

Consciente du problème grandissant, l'université de Saint-Gall a réagi en déposant une plainte pénale. «Notre plainte qui a été déposée dans le courant de l'année écoulée ne vise pas une personne en particulier mais un prestataire commercial de travaux académiques», a expliqué le recteur Lukas Gschwend à SRF. Selon lui, le ministère public devra définir qui est impliqué dans quelles mesures dans ce phénomène appelé «ghostwriting».

Lorsqu'on propose la rédaction de travaux académiques à des tiers, on commet probablement divers délits poursuivis d'office, estime l'alma mater saint-galloise. Jusqu'ici, l'université n'a ouvert aucune procédure disciplinaire pour «ghostwriting».

«Un marché lucratif»

Thomas Nemet fait partie des personnes qui rédigent des travaux pour le compte d'étudiants. Il gère l'entreprise Acad-Write, active en Australie, aux Etats-Unis, en Allemagne ou encore en Suisse alémanique. Aucun service en français n'est pour le moment proposé. Il a confirmé aux enquêteurs de «Rundschau» que la demande ne cesse de croître: «En 2015, nous avons écrit des travaux pour plus 200 étudiants en Suisse.» La firme - qui engage environ 300 personnes appelées «nègres» ou «ghostwriters» - a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de près de 3 millions de francs.

Selon Thomas Nemet, les travaux effectués par ses «nègres» ne sont quasiment jamais détectés. C'est ce qu'il avait assuré à nos collègues de «20 Minuten» fin 2014: «Dans la plupart des universités, les profs ne sont pas capables de reconnaître un étudiant à son style d'écriture.» Il avait alors avancé qu'un travail de master, par exemple, pouvait rapporter jusqu'à 10'000 francs à l'agence. La plupart des demandes proviennent d'étudiants en sciences économiques ou humaines, avait-il souligné.

Michelle Bergadaà, professeure à l'Uni de Genève et experte en matière de plagiat, tire la sonnette d'alarme. Elle pense que près de la moitié des universitaires suisses achètent au moins une fois durant leur parcours une partie de leurs travaux ou se font aider lors de la rédaction. «Environ 10% des étudiants se contentent d'écrire l'introduction, la conclusion et les remerciements. Pour le reste, ils paient des tierces personnes», a-t-elle expliqué à SRF.


(dia/ofu/dmz/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Samuel Cor le 07.01.2016 00:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Futur diplomate

    Je vous laisse imaginer quel type d'étudiant peut se permettre de lâcher 10 tickets dans la rédaction d'un travail par ce genre d'agence...

  • Tj le 06.01.2016 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut du changement

    J'ai écris près de 200 pages de travaux de bachelor et master... Je les ressortirai jamais de mon disque dur! Il est temps de changer ce système: des travaux moins contraignant et des stages en entreprise plus important!

  • à génération mensonge le 06.01.2016 23:31 Report dénoncer ce commentaire

    A quoi bon tricher si tu en es capable

    Je suis manager dans une multinationale et je peux vous assurer que personne ne peut tromper son monde très longtemps dans un job bien payé, donc à responsabilités. Ces tricheurs peuvent s'en sortir dans des emplois subalternes, au début, en étant engagés grâce à un CV boosté par un titre universitaire, mais, s'ils ne sont pas remerciés, ils ne seront pour sûr pas promus par la suite car leurs limites intellectuelles ou résultant de la paresse seront rapidement découvertes. Le "crime parfait" est très très difficile à réaliser!

Les derniers commentaires

  • Roby le 07.01.2016 13:46 Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant

    Pratique honteuse et lamentable (encore plus pour les entreprises qui proposent ces services) mais pas très étonnante, ce d'autant que les étudiants, même en lettres, ont de plus en plus de très grosses lacunes en orthographe. La médiocrité humaine n'a absolument aucune limite.

    • Ri le 07.01.2016 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Roby

      Certaines règles devraient simplement être revues pour rendre la langue plus efficace. Je/tu/il trouve. Arrêter ces exceptions plus nombreuses que pour la règle générale. J'achète je jète ou j'achette et je jette. Un peu de rigueur! 1+1 = 2 et 1+50 = 51 pas 52 comme le ferait une exception du type de celle du français.

  • ANR le 07.01.2016 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Droit et médecine

    C'est un outrage de faire croire à la population que les étudiants tant des uni, des EPF et des HES, sont des paresseux. Certes il y a quelques jeunes qui ne sont pas assidus, mais une majorité écrasante travaille entre 70 et 80 heures par semaine ou plus en ce qui me concerne (uniquement pour les cours, il faut le préciser) ! Mais il est indéniable que certains fils à papa peuvent utiliser leur fortune pour réussir, mais ne mettont pas tout le monde dans le même panier ! Il semblerait que les journalistes du 20minutes issus des lettres n'aient pas connu la fac de droit ou médecine, dommage..

    • lol le 07.01.2016 16:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ANR

      si tu travailles autant c est que tu as du mal ou que tu veux exceller. Les etudes c'est les vacances

    • Exepf le 07.01.2016 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @lol

      Va dire ça dans les epf. Tu ne vivras pas longtemps.

  • EF le 07.01.2016 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    travailleur

    je cherche quelqu'un qui peut aller travailler à ma place? combien ça coûte ?

  • Lorenzo le 07.01.2016 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Master HEC dans la poche

    ahahah les intellos sont scandalisés! J'adooooooooore. Ces gens sont tellement bêtes qu'ils suivent toujours les règles à la lettre. Ils deviennent généralement des idiots-utiles en entreprise.

    • Je rigole! le 07.01.2016 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lorenzo

      Donc les intellos sont des gens bêtes? C'est ça que tu dis? Par contre, les gens qui font des généralités et qui optiennent des papiers pour lesquels ils n'ont pas fourni le travail nécessaire, eux, sont des gens intelligents... Tu viens de nous montrer de quelle catégorie tu faisais partie! :)

    • Vincenzo le 07.01.2016 16:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Je rigole!

      Ils sont utiles pour les manager et les manager sont rarement des intellos.

  • Victor S. le 07.01.2016 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    On se demande qui est honnête !

    Les Suisses allemands peuvent donc tricher mais pas les Romands car rien n'est proposé en français !