Formation

05 septembre 2010 22:33; Act: 05.09.2010 21:27 Print

Unis prêtes à limiter le nombre d’étrangers

par Antonio Fumagalli/Annette Hirschberg - Trop d’étudiants mal préparés venant d’autres pays mettraient en danger la qualité de la formation au niveau master.

storybild

Les autorités des grandes écoles songent à instaurer des quotas. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les universités suisses bénéficient d’une excellente réputation sur le plan international. Mais cet avantage serait en train de devenir un danger: «Une baisse de la qualité menace nos hautes écoles», as­sure Thomas Dyllick, recteur de l’Université de Saint-Gall. La deuxième partie du parcours universitaire, le master, serait dans la tourmente.

Contrairement à ce qui se passe dans les autres pays européens, les universités suisses ouvrent toutes grandes leurs portes aux étudiants qui ont achevé à l’étranger la pre­mière partie de leur parcours, le bachelor. «Ils n’ont souvent pas le niveau souhaité», regrette Heidi Wunderli-Allenspach, rectrice de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), dans la «NZZ am Sonntag».

La Conférence des recteurs des universités suisses propose l’instauration de quotas pour les étudiants étrangers souhaitant obtenir leur master en Suisse. L’idée pourrait séduire les autorités des cantons universitaires: «Les milieux politiques ont intérêt à prendre les choses en main afin de sauvegarder notre haut niveau de formation», déclare Jürgen Oelkers, expert en enseignement de l’Université de Zurich.