Fédérales 2011

03 mars 2011 14:20; Act: 03.03.2011 14:34 Print

Urs Schwaller: le PDC est «bien placé»

Les départs du PDC et les changements au sein du parti n'inquiètent pas le chef de groupe parlementaire Urs Schwaller.

storybild

Urs Schwaller avait échoué au pied du Conseil fédéral en 2010.

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré une «multiplication des annonces négatives dernièrement, le PDC est dans l'ensemble bien placé», indique Urs Schwaller dans une interview au «St.Galler Tagblatt» jeudi.

Celui-ci s'exprime après la défection du conseiller national Thomas Müller (SG), qui a rejoint les rangs de l'UDC, le retrait du conseiller national Reto Wehrli (SZ) qui ne se représentera pas en octobre et la démission du président de la section fribourgeoise Emanuel Waeber. Ces différents cas «ne sont liés en aucune manière», affirme Urs Schwaller.

Celui-ci rappelle que les départs et les démissions sont courantes pour un parti politique. Et Urs Schwaller d'évoquer l'exemple de la scission de l'UDC, dont le PBD est issu. Les rivalités personnelles sont également normales, selon lui. Il importe simplement de reconnaître à temps les différends et d'en discuter de manière approfondie, ajoute le chef du groupe PDC.

Pas de faute de la direction

Urs Schwaller réfute les critiques selon lesquelles le président du PDC Christophe Darbellay et lui-même auraient mal évalué la situation: la direction nationale du PDC ne pouvait rien faire pour empêcher ces départs, estime-t-il.

D'après les informations d'Urs Schwaller, Thomas Müller est parti pour l'UDC car il était en désaccord avec la manière de dresser la liste électorale PDC en vue des élections. Le retrait de Reto Wehrli se fait pour des raisons familiales, ajoute-t-il, et Emanuel Waeber a démissionné car il ne se sentait pas assez soutenu par les différentes ailes du parti.

En dernière analyse, le chef du groupe PDC s'en remet au choix des électeurs le 23 octobre prochain. Ce sont eux qui «se prononceront sur les changements», indique-t-il.

Les sondages ne sont pas particulièrement favorables au PDC. Selon le baromètre SSR-SRG publié à la mi-janvier, le PDC rassemble 12,9% des voix, soit une baisse de 1,6% par rapport aux dernières élections. Cela n'a cependant pas entamé la confiance des dirigeants du PDC puisque l'objectif pour l'automne prochain est de parvenir à 17% des voix.

«Rumeurs» et année électorale

Revenant sur des rumeurs relatives à de nouvelles défections du PDC en direction de l'UDC, Urs Schwaller affirme qu'une année électorale est «riche en bruits en tous genres». «Quand on a des convictions politiques depuis plusieurs années, il n'y aucune raison de changer de parti», a-t-il ajouté. «Soit on est stable, soit on essaie de surfer sur la plus grande vague au Parlement.»

Urs Schwaller se dit par ailleurs content de voir pour la première fois son parti se lancer dans une campagne unifiée au niveau suisse pour les élections fédérales. Celle-ci met l'accent sur les racines chrétiennes du parti. Un choix qui a été précisé dans un papier de position publié en décembre 2010: «Le C dans la dénomination du PDC.»

(ats)