Santé

06 janvier 2016 11:10; Act: 06.01.2016 20:29 Print

Vaccination de la rougeole: piqûre de rappel utile

La Suisse est en bonne voie pour éliminer la rougeole. Mais le pays peut mieux faire.

storybild

La couverture vaccinale contre la rougeole est en hausse, en Suisse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Grâce à la stratégie nationale mise en oeuvre de 2011 à 2015, de nombreuses personnes ont contrôlé leur immunité et rattrapé les vaccinations manquantes. Mais des efforts restent à faire pour éradiquer la rougeole en Suisse.

La couverture vaccinale est en augmentation dans le pays, se félicite mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans un communiqué. Selon les données recueillies dans huit cantons, en 2014, 93% en moyenne des enfants de 2 ans avaient reçu une dose du vaccin contre la rougeole et 87% les deux doses. Cette condition d'une immunité contre la maladie était remplie chez 93% des jeunes de 16 ans.

Les différences cantonales se sont aussi nettement atténuées. Dans le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, en 2008, seuls 50% des enfants de 2 ans avaient reçu deux doses du vaccin. Le taux a été porté à 85% en 2014. De nouveaux chiffres seront disponibles au printemps, mais il faudra attendre la fin de l'année pour une évaluation complète de la stratégie nationale.

Informer les parents

Pour que la Suisse puisse être considérée comme exempte de rougeole, 95% de la population doit être immunisée grâce à deux doses de vaccin ou après avoir eu la maladie. La Confédération invite les pédiatres à sensibiliser les parents de nouveau-nés à la vaccination dès la première consultation et à constituer un carnet de vaccination électronique, afin que les parents soient avertis du moment où la deuxième dose devrait être administrée.

Crèches et écoles devraient également informer sur la maladie, l'importance de la vaccination et les conséquences éventuelles de la non-vaccination. La rougeole peut occasionner des complications sévères telles que pneumonie, otite et, plus rarement d'encéphalite. Elle peut aussi provoquer de graves conséquences à long terme, rappelle l'OFSP.

(nxp/ats)