Fédérales 2011

23 juin 2011 07:51; Act: 23.06.2011 08:00 Print

Vers un record d'initiatives populaires

Le nombre d'initiatives populaires en année électorale pourrait constituer un record à l'occasion des élections fédérales de 2011. Les collectes de signatures se multiplient.

Une faute?

Les partis politiques et des organisations montent au créneau comme jamais en cette année électorale. Dans les six premiers mois de 2011, 13 initiatives ont déjà été lancées et 5 autres sont annoncées. Un chiffre qui pourrait valoir un record.

Dans les 30 dernières années, seuls deux années ont connu des chiffres comparables. Dix-neuf initiatives populaires ont été lancées en 1998 et 15 en 2010, mais sur toute l'année à chaque fois. En année électorale, les 11 initiatives engagées en 2007 constituaient jusqu'à présent un record.

Les partis de gauche ont lancé depuis le début de l'année surtout des textes liés aux politiques énergétique et sociale: les Verts sont à l'origine des initiatives pour une «économie verte» (qui prévoit des incitations fiscales pour l'utilisation des ressources naturelles) et «Sortir du nucléaire».

Les Vert'libéraux souhaitent eux remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l'énergie. Dans le volet social, le PS s'engage de son côté avec les syndicats dans l'initiative sur les salaires minimaux. Celui qui travaille à plein temps doit pouvoir vivre de ses revenus, souligne le texte.

Santé et migrations

En matière de santé, le PS, les Verts et des organisations de patients et de consommateurs ont lancé l'initiative «pour une caisse publique d'assurance maladie». En vertu de ce texte, l'assurance de base serait couverte pas une seule caisse.

Sur la droite de l'échiquier politique, les initiatives se penchent plutôt sur la question des migrations. Avec le texte «Halte à la surpopulation», l'organisation ECOPOP souhaite limiter la croissance de la population en Suisse à 0,2 % par an sur trois ans.

L'initiative «pour la limitation» décidée par l'UDC souhaite contingenter l'immigration. En cas de besoin, la Suisse se réserverait le droit de renoncer à la libre circulation avec l'Union européenne (UE).

Les Démocrates suisses (DS) ont eux lancé une initiative pour la stabilisation de la population. Elle demande des mesures contre la surpopulation, sans donner de chiffres concrets.

Famille évoquée par le PDC

Sur la fiscalité, les partis de gauche et les partis du centre se mobilisent chacun de leur côté. La Gauche, lancée en 2009, veut mettre un terme aux «privilèges fiscaux des millionnaires» par l'abolition des forfaits fiscaux.

Le PDC collecte des signatures pour ses initiatives jumelles. Une d'entre elles veut lever les désavantages fiscaux des couples mariés par rapport à ceux qui vivent en concubinage (»pénalisation du mariage»). L'autre souhaite exonérer les allocations pour enfant et celles de formation de tout impôt.

Le Parti évangélique (PEV) a lui décidé d'une initiative sur les droits de succession. Les contributions sur des héritages élevés doivent aider à assainir la caisse de l'AVS. Le PS et les Verts soutiennent ce texte.

Dons aux partis examinés

Le train de vie des responsables politiques est aussi thématisé en cette année électorale. Un comité autour du conseiller national Lukas Reimann (UDC/SG) a lancé une initiative «pour la publication des revenus de la classe politique». Un autre a annoncé une initiative sur les «dons aux partis» qui demande la transparence sur le financement de ces dons et sur celui des campagnes de votation.

Un autre comité réuni par le professeur de gymnase bâlois Marc Meyer est à l'origine de trois initiatives: elles sont baptisées «clarifier les compétences en matière d'engagements réels de l'armée», «La Banque nationale nous appartient à tous !» et «Halte à l'utilisation abusive de nos caisses de pension».

Enfin, un comité autour du conseiller national Hans Rudolf Gysin (PLR/BL) a lui annoncé une initiative pour que les demi-cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne deviennent des cantons à part entière.

(ats)