Suisse

07 mars 2018 11:06; Act: 07.03.2018 11:36 Print

Victimes de l'amiante: prescription rallongée

Les personnes touchées par l'amiante pourraient obtenir un délai de prescription de 20 ans, au lieu de 10 actuellement.

storybild

La prolongation du délai à 20 ans prend en compte une jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les victimes de lésions corporelles, comme celles dues à l'amiante, devraient disposer d'un délai de 20 ans pour faire valoir leurs droits à un dédommagement. Le Conseil national a décidé mercredi de prolonger de dix ans la durée de prescription absolue.

Ce changement dans le droit de la prescription, décidé par 102 voix contre 90, diverge de la proposition du Conseil des Etats. Les sénateurs auraient souhaité maintenir la durée à dix ans, tout comme une minorité de droite emmenée par l'UDC. Le dossier retourne aux Etats.

Bon compromis

En doublant le délai de prescription, la situation juridique des futures victimes, celles qui ne seront touchées que de nombreuses années après avoir été exposées à l'amiante, sera améliorée, a expliqué Giovanni Merlini (PDC/TI) au nom de la commission. Il représente également un bon compromis par rapport au Conseil fédéral qui aurait souhaité l'inscrire à 30 ans.

La prolongation du délai à 20 ans prend aussi en compte une jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, a ajouté le Tessinois. Strasbourg a jugé que le délai helvétique de dix ans est trop court. Une victime de l'amiante n'avait pas pu faire valoir ses droits à un dédommagement auprès d'un tribunal.

Prolongation abstraite

Il n'y a pas de sécurité juridique, a fait valoir Yves Nydegger (UDC/GE). Il faudrait étendre le délai de prescription encore et encore jusqu'à le faire durer toute une vie pour protéger les victimes. Prolonger dans l'abstrait à de trop longues périodes n'est pas une sécurité, selon le Genevois.

Ce n'est pas un compromis législatif ou juridique, a ajouté Pirmin Schwander (UDC/SZ). Il faudrait élargir la discussion et prendre aussi en compte les victimes à venir des rayonnements ionisants ou des effets à long terme de médicaments, a-t-il dit.

Le Conseil national n'a en revanche pas soutenu la proposition du Conseil des Etats d'adopter une disposition spéciale pour les dommages corporels causés par l'amiante. Les victimes de l'amiante pourraient faire valoir leurs droits pendant un an après l'entrée en vigueur de la loi, même si leur action en justice est prescrite. Elles disposent déjà d'une indemnisation grâce au fonds qui leur est dédié, a expliqué M. Merlini.

Long débat

Le droit de la prescription occupe le Parlement depuis de nombreuses années. Le Conseil national a approuvé en 2015 la révision, mais en y apportant des modifications. Le Conseil des Etats avait apporté d'autres changements en décembre 2015. Entre-temps, une table ronde sur l'amiante a permis la création d'un fonds d'indemnisation aux victimes.

L'automne dernier, la commission du National avait souhaité classer la révision du droit de prescription. Son homologue des Etats s'y était opposée.

(nxp/ats)