Zurich

18 avril 2019 09:09; Act: 18.04.2019 09:09 Print

Vingt-neuf incidents en prison imputés à «Carlos»

Le jeune délinquant multirécidiviste ne maîtrise toujours pas ses accès de violence: il a menacé et frappé des gardiens et a détruit du matériel.

Voir le diaporama en grand »
Le tribunal de district de Zurich a reconnu coupable de tentative de lésion corporelle grave le jeune «Carlos». Il est condamné à 18 mois de prison. (lundi 6 mars 2017) «Carlos» a été condamné vendredi 28 août à une peine pécuniaire pour dommages à la propriété par le tribunal de district de Dietikon . Il écope de 33 jours-amende à 30 francs. (Vendredi 28 août 2015) «Carlos» à son arrivée au tribunal de district de Dietikon (ZH). (Vendredi 28 août 2015) «Carlos» (a gauche) s'entraîne avec Shemsi Beqiri à Reinach (BL) mais le multiple champion du monde a cessé sa collaboration avec le jeune délinquant. (20 juin 2014) Le jeune délinquant Carlos va bientôt retrouver son entière liberté.Son suivi spécial va se terminer à la fin de l'été (19 juin 2014) «Carlos» s'exprime souvent sur Facebook. Il y annonce ainsi qu'il s'est tourné vers Allah. (22 mai 2014) Sur son compte Facebook, «Carlos» a mis en ligne une video faisant l'apologie du djihad. Sur cette vidéo postée le 17 mai dernier sur la page Facebook de «Carlos» on voit l'ancien rappeur allemand, Denis Cuspert ( à gauche) connu sous le nom de scène de Deso Dogg. (Jeudi 22 mai 2014) Les juges de Mon Repos ont approuvé un recours du jeune homme de 18 ans. «Carlos» doit être libéré du centre fermé d'exécution des mesures d'Uitikon (ZH) ( Lundi 24 février 2014) Les dégâts provoqués par «Carlos» dans le couloir menant à la cellule disciplinaire Les dégâts provoqués par «Carlos» qui a inondé sa cellule avec de gros dégâts à la clé. Le jeune délinquant a été transféré à la prison de Dietikon (ZH). «Carlos» à l'entrainement (à gauche, visage flouté) dans la salle de Reinach (BL) sous la supervision de Shemsi Beqiri en juin 2013. Les parents de «Carlos» ont pris publiquement position pour la première fois dans le dossier de leur fils. Ils ont demandé à rester anonymes. (Jeudi 21 novembre 2013) «Carlos» doit être transféré en novembre 2013 dans un centre d'exécution des mesures à Uitikon (Jeudi 5 septembre 2013) Une cellule disciplinaire du nouveau centre en milieu fermé pour les jeunes délinquants à Uitikon. Une place dans ce centre coûte 17'000 francs par mois, soit 500 francs par jour. L'addition grimpera à 800 francs dès 2015. Le juge pour enfant Hansueli Gürber a déclenché une tempête dont il se serait bien passé en citant en exemple le dossier «Carlos» lors d'une émission de SRF «Carlos» sur son lit dans son appartement de Reinach (BL) lors de l'émission de la SRF. «Carlos» dans son appartement à Bâle, avec une de ses accompagnatrices L'équipe de «Carlos» se réunit dans l'appartement pour faire le point Le reportage de SRF montrait également les sabres japonais du jeune délinquant «Carlos», cadeau de son entraîneur Shemsi Beqiri «Carlos» à l'entraînement de boxe thaïe à Bâle dans le cadre de son programme de réinsertion. Sur le site du , «Carlos» pose avec le champion du monde de boxe thaïe Shemsi Beqiri qui est également son entraîneur. Shemsi Beqiri (ici à droite en 2007 à Bâle lors de sa victoire au championnat d'Europe WFC) entraîne «Carlos» à la boxe thaïe. «Carlos» posant devant un mirroir La victime, Ahmet Y., montrant les cicatrices laissées par les coups de couteau de «Carlos» qui l'avait poignardé dans le dos. Elle aurait dû recevoir 20'000 francs de réparation de la part de «Carlos» mais le jeune délinquant n'a pas cet argent.

Croquis judiciaire réalisé par Linda Graedel lors d'une comparution de Carlos devant la justice en mars 2017 à Zurich.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il est rare qu’un prisonnier commette autant de crimes lors de son incarcération.» Le procureur zurichois Ulrich Krättli commente ainsi les vingt-neuf incidents commis par celui que la presse avait surnommé «Carlos» et qui avait fait couler beaucoup d’encre alors que, jeune délinquant, on lui avait aménagé un programme coûteux pour le sortir de la violence.

Entre janvier 2017 et octobre 2018, le prévenu a frappé et blessé des gardiens. Il a aussi démoli du matériel, et il est également poursuivi pour menace contre l’autorité.

Le Ministère public, qui communique cette mise en accusation, ne fait pas part, avant le procès, des sanctions qu’il va requérir.

(jbm)