Zurich

02 juillet 2014 08:02; Act: 03.07.2014 07:32 Print

Virées pour avoir refusé de porter des tenues sexy

Cinq serveuses d'un club zurichois ont refusé de servir les clients en soutien-gorge et blazer au cours d'une soirée à thème. Trois d'entre elles ont été virées.

storybild

Les serveuses du Wow étaient censées porter un simple blazer avec uniquement un soutien-gorge dessous, comme sur l'exemple ci-dessus. (Photo: Fotolia)

Une faute?

«Avec une tenue pareille, je ne me sens pas à l'aise», raconte Tamara*. L'ancienne serveuse du club zurichois Wow a reçu en mai un e-mail lui demandant de respecter un certain code vestimentaire pour la prochaine soirée organisée sur le thème de Hollywood. «Le patron nous a demandé de porter un blazer avec uniquement un soutien-gorge dessous. Je n'ai qu'un seul blazer qui se ferme très bas, on aurait tout vu. Et je ne voulais pas m'en acheter un nouveau, parce que ça coûte cher.» La jeune femme critique également le fait que son chef l'a informée seulement un jour avant la soirée en question.

Quatre autres employées de la disco ont eu la même réaction que Tamara. Elles ont toutes appelé leur patron pour lui dire qu'elles refusaient de travailler ainsi derrière le bar. «On lui a proposé de porter un top sous le blazer, mais il a refusé», affirme Tamara. Selon elle, le propriétaire du club n'aurait pas trop mal réagi en recevant les quatre premières annulations. Mais, à la cinquième, il a pété les plombs: «Il m'a dit que, avec mon comportement, je m'étais en quelque sorte virée moi-même», raconte Ann*, une amie et collègue de Tamara. Ann ainsi que deux autres jeunes femmes ont reçu dans les jours qui ont suivi une lettre de licenciement. Toutes les cinq employées ont par ailleurs reçu un avertissement affirmant qu'à cause d'elles le club avait enregistré «une baisse du chiffre d'affaires de 2000 francs». Le patron les a par ailleurs menacées de saisir la justice pour récupérer son argent.

Un air chic

Choquées, les cinq jeunes femmes n'en reviennent toujours pas. Aucune d'entre elles n'a travaillé depuis cet incident. «En plus de ça, nous avons dû contacter notre chef pour qu'il nous verse enfin notre salaire», raconte Ann, qui affirme néanmoins qu'elles ont fini par recevoir leur argent avec deux mois de retard: «C'est déjà ça, mais il me manque encore quelques centaines de francs!»

Contacté, le patron du club, Massimo Minacapilli, assure que tous les salaires ont été payés à temps. Interrogé sur le code vestimentaire qu'il a imposé, il n'y voit aucun problème: «Je leur ai dit qu'elles pouvaient fermer le blazer jusqu'en haut. Elles auraient eu un air chic et on n’aurait presque rien vu de leur soutien-gorge. Les autres employées n'ont pas eu de problème avec ça.» Comme aucune entente n'a pu être trouvée, lui et ses employées auraient décidé d'un commun accord de se séparer. Massimo Minacapilli ne compte pas saisir la justice pour récupérer son manque à gagner.

Une tenue qui «porte atteinte à la personnalité»

Les jeunes femmes ont eu raison de refuser de travailler dans cette tenue, estime Colette Kalt, porte-parole du syndicat Syna: «Ce code vestimentaire porte atteinte à la personnalité des employées, à moins qu'il soit écrit dans le contrat de travail qu'elles doivent être vêtues de tenues légères». Colette Kalt affirme par ailleurs que le patron du club n'a aucun droit d'exiger de l'argent des serveuses pour combler un soi-disant manque à gagner: «La situation aurait été autre si les employées avaient refusé de travailler de manière générale. Mais, dans ce cas, elles ont uniquement refusé de venir travailler avec une telle tenue.»

Son avis est partagé par le porte-parole du syndicat Unia, Lucas Dubuis: «Ce licenciement est abusif car la demande de ce patron porte clairement atteinte à la personnalité de ces travailleuses. Elles étaient en droit de refuser de travailler dans une telle tenue.» Selon lui, les jeunes femmes auraient sans doute pu déposer une demande au Tribunal des prud'hommes contre le licenciement. «Le problème avec un accord à l'amiable est que l'on s'expose à une lourde pénalité de l'assurance chômage si on a renoncé à des prétentions salariales. Il faut faire très attention au moment de signer une telle convention et bien se renseigner avant», conseille-t-il. En cas de licenciement abusif reconnu par le tribunal, l'indemnité peut en effet atteindre 6 mois de salaire au maximum. Elle est évaluée par le juge au cas par cas. «Selon notre expérience, ici l'indemnité aurait pu certainement se monter à 3 mois de salaire maximum. Par contre, ces serveuses ne peuvent pas espérer retrouver leur place de travail, la loi en Suisse ne prévoit pas de réintégration du personnel licencié, même si ce licenciement est contraire à la loi, ce qui est un problème», note Lucas Dubuis.

Si l'accord à l'amiable proposé avait été insuffisant, Unia aurait proposé d'attaquer. En revanche, le syndicat ne peut pas se substituer aux personnes. Il peut les représenter avec leur consentement, comme le font les avocats. «Unia n'agit de toute manière qu'avec le consentement de ses membres», explique Lucas Dubuis.

(som/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fautpaspousser@tranquille.ch le 02.07.2014 11:17 Report dénoncer ce commentaire

    il mérite des baffes.

    Pourquoi ne pas demander à ce patron de venir en string panthère accueillir ses clients????

  • Seb le 02.07.2014 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Avec tout ce qui se passe et ce qu'on voit, les boss de clubs me font plus penser a des macs ou a des mafieux qu'a autre chose...

  • bibi le 02.07.2014 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le patron de bar qui sprend pour un mac

    le patron s est pris pour leur mac ?! honte a lui !! j espere que les serveuses retrouveront vite un poste. quel chantage dégueulasse. n espère que les prud hommes ou autres iront jeter un oeil sur les pratiques du patron.

Les derniers commentaires

  • Elodie le 03.07.2014 20:07 Report dénoncer ce commentaire

    Triste realité

    Malheureusement ceci c'est produite aussi dans une discothèque de rivera... cette situation est plus courante ce que l'on croit...

  • Bernard le 02.07.2014 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Défendez les

    Absolument inacceptable! Ridicule! C'est un discothèque ou un bordel? Il faut que les syndicat les défendent.

  • PicSous le 02.07.2014 18:10 Report dénoncer ce commentaire

    Mesdames les politiciennes révoltez-vous

    Il s'agit d'un licenciement abusif suite à un viol vestimentaire j'espère que le ministère public va déposer une plainte pénale contre cet odieux personnage

  • Nikki K le 02.07.2014 16:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dégradant

    Les filles ont raison. Le patron n a dans aucun des cas le droit de les obliger à se déshabiller. Le soutien gorge est un sous vêtement pas un vêtement en soi. Et quoi maintenant on va exiger que les vendeuses se mettent à poil aussi pour attirer les clients? C est le monde a l envers... à l époque on surhabillait les femmes car c'était inconvenant. Maintenant on les fout à poil. Et me parlez pas de "monde de la nuit" les femmes ne sont pas moins attirantes avec des vêtements corrects.

  • John McLane le 02.07.2014 15:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dans le cas contraire?

    Par contre, quand il y a des types gravures de mode, des types style cheependales derrière le bar, tous muscles dehors, cheveux gominés, tout droit sorti de l'île de la temptation, les dames ne disent rien de mal... Pourtant, nous les mecs on ne fait pas toute une histoire dans ces cas!

    • Patrick le 02.07.2014 16:35 Report dénoncer ce commentaire

      Comment vous expliquer J. McLane

      La différence c'est que les hommes n'ont aucune fierté. Ils réfléchissent avec ce qu'il y a dans le slip. Les femmes sont plus raffinée et en ont marre que les mecs leurs imposent une manière de se vendre.

    • Jeanjean le 02.07.2014 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      ......

      Et si c'était votre petite amie voir mieux votre fille derrière le bar avec des mecs qui lui reluquent les seins est-ce que cela vous plairais???? Je suis sûre que oui!!!!!