Salaires

03 avril 2018 15:00; Act: 03.04.2018 15:07 Print

Voici ce que gagnent les Suisses en 2018

Le livre des salaires 2018 est paru et montre les fluctuations des rémunérations selon les professions. Les chauffeurs de taxi sont mal lotis.

storybild

Les moins bien lotis sont les chauffeurs de taxi avec un salaire mensuel minimum de 3200 francs. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Quelle profession est la mieux rémunérée? Dans quel métier y a-t-il eu des baisses ou des hausses de salaire? Toutes les réponses se trouvent dans le livre des salaires 2018 publié par le service de l'Economie et du travail du canton de Zurich et qui compare 9600 professions en Suisse.

Ainsi si vous voulez gagner votre vie le mieux possible, c'est la voie diplomatique qu'il faut choisir puisque les chefs de mission du Département fédéral des affaires étrangères sont les mieux rémunérés avec un salaire mensuel minimum de 13'555 francs. Derrière eux, on trouve les responsables de contrôle de la navigation aérienne (13'106 francs) et les médecins-chefs (12'888 francs), révèle mardi 20 Minuten. Qui a publié les salaires minimaux de 50 professions en Suisse.

A l'autre bout de l'échelle, les moins bien lotis sont les chauffeurs de taxi avec un salaire mensuel minimum de 3200 francs. C'est d'ailleurs une profession toujours plus mal payée, avec une baisse de 15% depuis 2006. Ce ne sont pas les seuls à gagner moins de 4000 francs en Suisse. En effet, les employés dans le nettoyage (3422 francs) , les éleveurs d'animaux (3500 francs) et les agriculteurs (3800 francs) sont aussi sous la barre.

En revanche, quelques professions ont enregistré une belle progression salariale, en particulier pour celles dont les salaires étaient parmi les plus bas en 2006. Les fonctionnaires ou les employés qui travaillent dans un secteur dominé par l'Etat ont aussi été «gâtés».

Mais ceux qui ont de quoi se réjouir, ce sont les enseignants dans le primaire. Leur salaire minimum a augmenté de 36,4% en 12 ans, une hausse largement supérieure à la moyenne, note 20 Minuten. Qui souligne que les professions de soins ont eu droit à des hausses analogues.

(cht/nxp)